A quatre ans des prochains jeux olympiques d’hiver, à PyeongChang en Corée du Sud, le Comité international olympique (CIO) ne montre pas les mêmes signes d’inquiétudes que pour la tenue des Jeux d’été à Rio (Brésil) en 2016. Au terme d’une tournée d’inspection de trois jours, la commission de coordination du CIO pour les Jeux de 2018 s’est félicité des énormes avancées accomplies par le comité local d’organisation (POCOG) en moins d’un an.

Cependant, si PyeongChang est sur la bonne voie, le comité d’organisation doit s’attacher à trouver des parraineurs locaux. La commission de coordination pointe plusieurs domaines clés qui exigent l’attention au cours des six prochains mois, dont la construction des sites et le marketing. En réponse, le comité d’organisation de PyeongChang a fait savoir qu’il était en passe de finaliser son premier contrat de parrainage au niveau national. Cette année est une année charnière pour nous. Nous devons établir un solide cadre de travail, a déclaré le président du POCOG, Jin-sun Kim.

Trois ans après la désignation de la candidature sud-coréenne, PyeongChang n’a toujours pas rallié de sponsor national. Selon Jin-sun Kim, le comité d’organisation est en passe de conclure deux accords avec un opérateur en télécommunication et une marque d’articles de sport.
Tokyo 2020 ambitieux

1,06 milliard d’euros. C’est l’objectif de rentrées publicitaires que le Comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo en 2020 s’est fixé. Un accord a été signé avec l’agence de marketing Dentsu.