Bridgestone n’équipera plus les motos du Championnat du monde de MotoGP après la fin de la saison 2015. Le manufacturier japonais, fournisseur exclusif de pneus pour les MotoGP depuis 2009, a annoncé son retrait des Grands Prix pour la fin de saison 2015.

Bridgestone estime avoir atteint tous les objectifs qu’il s’était fixés en participant au Championnat du monde. Le MotoGP a démontré toute sa valeur en tant que plate-forme de développement. Les motards ont ainsi pu bénéficier de nos avancés technologiques dans la fabrication de pneus de route, souligne Shu Ishibashi, vice-président du département marketing. Alors que Bridgestone s’apprête à se retirer des Grands Prix, nous sommes en train d’envisager d’autres façons de maintenir nos positions en tant qu’acteur majeur dans les sports mécaniques, a-t-il ajouté.

L’annonce a été une grosse surprise pour l’Espagnol Marc Marquez, le champion du monde en titre. C’est une mauvaise nouvelle pour notre sport car le manufacturier avait atteint un niveau qui sera difficile à atteindre pour son successeur, a commenté Valentino Rossi. Le style de pilotage va considérablement évoluer après 2015 si, outre le fait que les motos embarqueront beaucoup moins d’électronique, les pneus changent, a-t-il ajouté. J’étais très favorable à l’apparition d’une seul fournisseur de pneus au début mais après quelques années, je pense que la concurrence des manufacturiers n’est pas si mauvaise, a conclu le nonuple champion du monde.

Le manufacturier a commencé à équiper la catégorie reine en 2002, lors du passage au 4 temps des nouvelles 1000 cc qui remplaçaient les 500 cc deux temps, dominatrices depuis le milieu des années 70. Dès 2002, l’équipementier japonais a obtenu sa première position de pointe, son premier podium l’année suivante et sa première victoire au Grand Prix du Brésil 2004. De nombreux succès ont ensuite été enregistrés en 2005 et 2006 avant le premier sacre mondial, en 2007, grâce à l’Australien Casey Stoner, qui offrait également un premier titre à Ducati. Une deuxième titre, cette fois-ci avec l’Italien Valentino Rossi (Yamaha), a permis au manufacturier d’être désigné en 2009 fournisseur exclusif de la catégorie reine, une première. Une décision prise alors que Michelin, après 36 années de présence, n’avait pas voulu répondre à l’appel d’offres de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) pour devenir le fournisseur unique. Comme en Formule 1, le manufacturier avait estimé que le choix d’un manufacturier unique n’offrait pas d’intérêt sportif ou technologique. Michelin a décidé de ne pas soumissionner à l’appel d’offres indiquait alors la marque française, car cette décision exclut, de facto, la concurrence génératrice de progrès. Ironie de l’histoire. Michelin avait déjà quitté la F1 après la saison 2006 pour la même raison, abandonnant… à Bridgestone la position de manufacturier unique.