C’est certain, le constructeur Japonais Yamaha et le cigarettier Altadis (marque Gauloises) ne se quittent pas en bons termes. Le cigarettier franco-espagnol demande l’arbitrage de la justice française pour rupture de contrat de l’écurie Yamaha, après l’annonce par le constructeur qu’il serait parrainé en 2006 par Camel, filiale du Japonais JTI (Japan Tobacco Inc.), dans le championnat de MotoGP.

Gauloises, qui parrainait l’écurie officielle Yamaha depuis 2003, avait renouvelé son contrat biennal en 2005. Mais Valentino Rossi, star de la catégorie, ayant fait savoir qu’il ne souhaitait plus être parrainé par un cigarettier, Yamaha était en discussion depuis l’automne avec Gauloises pour mettre un terme à l’amiable à leur contrat courant jusqu’en 2006, selon Walter Hindenoch, chargé de la communication et du sponsoring chez Gauloises. L’officialisation de la fin du contrat entre les deux marques et l’annonce d’un nouveau partenariat entre Yamaha et Camel, a entraîné le dépôt d’une demande d’abitrage auprès du Tribunal de grande instance de Paris. Altadis, qui déplore que les négociations à l’amiable n’aient pas abouti, réclame une compensation substantielle pour cette rupture de contrat. Le groupe réclame aussi, à titre conservatoire, que la justice interdise à Yamaha de recourir à un concurrent direct.

Le constructeur japonais réplique en affirmant que son contrat avec Altadis pour 2006 était échu et dément toute rupture de contrat. En l’absence de tout accord avec Altadis, Yamaha n’avait aucune obligation légale lui interdisant de signer un partenariat avec un autre cigarettier ou un autre sponsor pour 2006 reprend Yamaha. Affaire à suivre.