François Gabart et le propriétaire de son maxi-trimaran, son parrain SVR-Lazartigue, portent l’affaire devant les tribunaux.

C’est comme la Coupe de l’America, sauf que cela concerne la Route du Rhum. C’est une histoire de règlement comme pour la Coupe de l’America, sauf que personne ne l’interprète de la même manière.

« François Gabart, fondateur de MerConcept et skipper du Trimaran SVR-Lazartigue, et Didier Tabary, PDG du Groupe Kresk et propriétaire du bateau, sont déterminés à faire respecter leurs droits pour participer à la course. Une action en justice vient d’être introduite devant le Tribunal judiciaire de Paris », indique dans un communiqué le team de François Gabart.

Deuxième de la précédente édition de la Route du Rhum, le skipper est inscrit pour la prochaine édition dont le départ est prévu depuis Saint-Malo le 6 novembre. Il compte participer avec son nouveau trimaran, mis à l’eau en juillet 2021, et qui fait partie des Ultim, ces multicoques géants de 32 m de long maximum capables de voler. Cette flotte est gérée depuis janvier 2018 par la classe Ultim 32/23, qui délivre les certificats de jauge. Or, SVR-Lazartigue n’a pas obtenu ce certificat en raison d’un litige sur une règle internationale liée à la sécurité. « Notre bateau a été certifié à plusieurs reprises comme conforme par des instances compétentes et impartiales, ajoute le skipper. J’espère prendre part à la Route du Rhum parmi la centaine de bateaux attendus, dans le meilleur esprit de la course ».

« Alors que les inscriptions de la Route du Rhum sont effectuées, le Trimaran SVR-Lazartigue, récent deuxième de la Transat Jacques Vabre, n’a toujours pas obtenu son autorisation pour courir dans la Classe Ultim, attaque encore le sponsor. Pourtant, toutes les démarches et vérifications nécessaires à la conformité du trimaran ont été entreprises et à plusieurs reprises, experts et jaugeur de la Classe ont statué sur sa conformité. Les membres de la Classe, concurrents directs du Trimaran, au mépris de leurs engagements écrits, essaient désormais d’instrumentaliser l’institution de la voile qu’est World Sailing dans le but d’écarter le Trimaran SVR-Lazartigue de la Route du Rhum 2022 et des courses futures ouvertes aux Ultims. » Allusion à la nouvelle course pour Ultim, Finistère Atlantique, alors que les organisateurs ne mentionnent pas la participation de François Gabart.

Du côté de la classe, c’est la surprise avec l’annonce de la saisine de la justice. « Le dialogue est ouvert, notre intention à tous est d’avoir François Gabart et SVR-Lazartigue au départ sur la Route du Rhum. A priori, il n’envisage aucune modification sur son bateau pour se mettre en conformité, il attaque en justice sur divers éléments », selon Ronan Lucas, directeur du team Banque Populaire. Pourtant, fin mars lorsque le conflit a été rendu public, François Gabart prévenait dans Le Figaro : « S’il faut aller devant les tribunaux, on fera ce qu’il faut. »

Pour prendre le départ à la Route du Rhum, dont les engagements sont soumis aux règles des classes (Ultim 32/23, Imoca, Ocean Fifty, Classe40), il faut présenter un certificat de jauge avant le 6 octobre. Une audience devant le tribunal judiciaire de Paris est prévue fin juin. Quelque soit la décision, susceptible d’appel, ce conflit vient ternir l’image de cette classe de maxi-multicoques qui ne compte pourtant qu’une poignée de membres.