Le retour du Grand Prix de France de Formule 1 est annoncé pour 2018 sur le circuit du Castellet dans le Var. Sans l’aide de l’Etat, les collectivités locales vont assumer une bonne partie du budget estimé à 30 millions d’euros pour l’instant (plateau et coût d’organisation). Aux organisateurs de trouver les ressources manquantes avec la billetterie et le marketing. Engagé en Formule 1 avec sa propre écurie, Renault participera-t-il financièrement au GP de France ?

Nous sommes, comme tous les gens ici, très heureux de voir cette épreuve de retour au calendrier car c’est un élément important pour notre clientèle et pour un groupe français, répond dans L’Equipe, Jérôme Stoll, président de Renault Sport. Je pense aussi qu’un élément a peut-être alimenté l’autre : nous sommes revenus en tant qu’équipe complète, donc il y avait du sens pour qu’une région française saisisse l’occasion d’organiser à nouveau une course de F1, ajoute-t-il, avant de préciser : Ce projet est resté très confidentiel jusqu’à ces derniers jours donc nous n’avons pas encore été sollicités en tant que partenaire, mais je pense que la présence de Renault en tant qu’équipe est déjà un effort extrêmement important et de toute
façon bénéfique pour le GP de France. Il faut d’abord le voir dans cette
perspective.