A l’occasion d’une conférence de presse de reprise, le président de l’Olympique de Marseille Jacques-Henri Eyraud a officialisé un partenariat avec Uber Eats, l’application de livraison de repas à domicile, pour les trois prochaines saisons. Uber Eats devient ainsi partenaire majeur du club (en lieu et place d’Orange qui demeure partenaire du club et namer du Vélodrome) et figurera sur les tuniques olympiennes dès le match amical opposant l’OM à Naples le 4 août prochain.

«Avec ce partenariat, l’Olympique de Marseille est fier de s’associer aux côtés d’une marque jeune, innovante et acteur majeur de la nouvelle économie. Le club démontre son internationalisation, sa digitalisation et opère un tournant stratégique de son action», estime l’OM. «A l’OM, nous comptons sur nos partenaires pour croître et progresser ensemble, pour vivre des émotions communes que seul le football est capable de générer, ajoute Jacques-Henri Eyraud. Uber Eats a beaucoup de points communs avec l’OM, notamment sa claire orientation digitale, une innovation permanente et le souci de communiquer avec un public jeune. Nous espérons que ce soit le début d’une longue et passionnante aventure.»

Interrogé sur un intérêt pour l’OM lors de l’officialisation du partenariat avec la Ligue 1, Uber Eats nous avait alors démenti être en contact avec le club olympien, préférant évoquer des «rumeurs»

Jacques-Henri Eyraud n’a pas divulguer le montant de ce partenariat de «long terme». Le président phocéen a démenti le chiffre de 3 M€ qui aurait été une forte régression par rapport au contrat Orange (estimé à 8 M€ par an). «C’est un contrat en croissance par rapport au cycle précédent», s’est contenté d’ajouter le président de l’OM. «On n’a pas l’habitude de communiquer sur le montant de contrat mais c’est un contrat en très forte croissance par rapport au dernier cycle, donc je suis d’autant plus heureux. C’est un signe d’encouragement, de confiance dans ce que nous faisons aujourd’hui. C’est pour nous un partenariat tout à fait majeur qui est présenté aujourd’hui.»

«Depuis deux ans et demi, on a démarré une vaste mission, un grand chantier autour de la performance sportive mais aussi de la digitalisation de ce club, préfère insister Jacques-Henri Eyraud. Nous démarrons l’internationalisation de l’Olympique de Marseille. C’est un territoire où nous allons investir de plus en plus et Uber Eats nous permet d’ouvrir beaucoup de perspectives sur ces différents chantiers.»