Roger Federer sera comme tout le monde à Wimbledon. Le Suisse jouera en blanc. Mais avec quel logo sur la poitrine ? La question était saugrenue il y a quelques semaines encore, mais elle ne l’est plus du tout, désormais. Et pour cause, le contrat de dix ans entre l’icône du tennis et Nike est arrivé à son terme et les négociations sont au point mort.

Le Japonais Uniqlo se serait mis en tête de s’offrir les services de Federer, 36 ans. L’entreprise japonaise de textile, équivalent asiatique de H&M, a déjà fait son trou dans le tennis avec Kei Nishikori et Novak Djokovic, qu’elle équipait jusqu’au printemps 2017. Seul problème : Uniqlo ne fabrique pas de chaussures de sport. Il lui faudrait donc trouver une alternative, ainsi que Djokovic l’avait fait en conservant ses chaussures Adidas, désormais remplacées par des Asics. Le Suisse, qui retrouve les cours cette semaine à Stuttgart, a répondu à cette rumeur lors d’une conférence de presse. « Ce sont des rumeurs … Je n’ai pas de contrat avec Nike depuis mars, nous parlons, nous verrons ce qui se passe, je vous le ferai savoir ».