Jérémie Beyou – l’un des favoris du Vendée Globe – a proposé à ses sponsors un nouveau partenariat pour les six ans à venir, un projet sur lequel son principal partenaire Maître Coq réserve sa réponse.

Nous devons vérifier que (la poursuite de ce sponsoring) est compatible avec le budget de notre entreprise, répond Stéphane Sallé, directeur général de Maître Coq, engagé auprès de Jérémie Beyou jusqu’à la Solitaire du Figaro 2017. Maître Coq a jusqu’ici et pendant 4 ans financé à hauteur de 1,5 million d’euros par an le budget du skipper. D’autres sponsors (Servagroupe, Volkswagen, Castelnau, etc.) ont également contribué. Sentimentalement, j’aurais envie de dire oui, précise-t-il, mais nous devons faire le bilan, voir si c’est compatible avec notre entreprise agroalimentaire et quel a été le retour sur investissement. On ne ferme pas la porte à une discussion et si on devait ne pas continuer, on ferait tout pour donner un coup de main à Jérémie, ajoute le dirigeant.

Triple vainqueur de la Solitaire du Figaro et de la Transat New York-Vendée cette année, Beyou a proposé à Maître Coq de s’engager pour six années supplémentaires entre 2017 et 2022. J’ai proposé un budget global de 15 millions d’euros (tous partenaires cumulés) pour les 6 années à venir, soit 2,5 millions d’euros par an, détaille Beyou. Ce budget permettrait de construire un autre monocoque, de participer à tout le programme de courses (dont le Vendée Globe 2020, la Route du Rhum 2022).Je comprends parfaitement la décision d’entrepreneur de Stéphane Sallé, poursuit le skipper. Mais je sais aussi que seuls les projets inscrits dans la durée sont les projets gagnants. C’est pourquoi je lance aujourd’hui la campagne 2020. Si Maître Coq décidait de ne pas poursuivre, la porte serait ouverte à tous les partenaires, nationaux et internationaux qui partagent des ambitions fortes autour des valeurs de entrepreneuriat et de la performance.