La polémique entourant l’organisation des Jeux Olympiques de Pékin ne pouvait que déborder sur les partenaires du Comité international olympique (CIO). Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme ont lancé une campagne visant les entreprises qui sponsorisent les JO 2008.

Des membres de Reporters Sans Frontières (RSF) et d’Amnesty International se sont invités à la dernière assemblée des actionnaires de Coca-Cola, fidèle partenaire du CIO depuis 80 ans. Au préalable, Reporters Sans Frontières et Amnesty International avaient acheté des actions de l’entreprise américaine afin d’accéder à l’assemblée. Les organisations souhaitent notamment que Coca-Cola signe une déclaration de responsabilité en tant que commanditaire des Jeux Olym-piques. Ils demandent la reconnaissance par l’entreprise des problèmes qui existent en Chine.

Coca-Cola, McDonald’s, Adidas et les autres

Malgré les pressions, Coca-Cola a confirmé son engagement comme sponsor des Jeux Olympiques de Pékin et du parcours de la flamme olympique à travers le monde (avec Lenovo et Samsung). Après Coca-Cola, RSF et Amnesty International veulent aussi se rendre aux assemblées d’actionnaires de McDonald’s, Adidas et d’autres sponsors.

Profil bas chez les partenaires

La multiplication des actions contre les JO 2008 peut-elle nuire aux partenaires ? Ce ne sont pas eux qui sont visés, mais bien les autorités chinoises. A travers eux, les associations cherchent à faire pression sur le CIO. Mais quand on investit 40 millions de dollars dans ce type de partenariat, on peut évidemment se demander si les événements qui agitent en ce moment le monde olympique peuvent avoir un impact négatif sur l’image des sponsors du CIO. Pour l’instant, Les incidents rencontrés à Londres, à Paris où à San Francisco incitent plutôt les partenaires à se taire… voire à taire leur statut de sponsor des Jeux.

Mesurer précisément l’impact des incidents qui bousculent les relayeurs olympiques est difficile. Les spécialistes s’accordent à dire qu’il est dangereux pour une marque d’être associée à un événement jugé négatif. Mais rien n’indique à ce stade de les objectifs de notoriété et d’image des marques concernées ne seront pas atteints. Après tout, les Jeux olympiques n’ont lieu que dans quatre mois…
Volkswagen réaffirme son engagement

Le constructeur automobile allemand Volkswagen réaffirme son engagement comme sponsor des prochains Jeux olympiques en Chine, malgré les critiques des défenseurs des droits de l’homme. Les JO offrent à la Chine et aux Chinois une occasion unique pour non seulement se développer économiquement, mais surtout pour ouvrir davantage leur société, a estimé Martin Winterkorn, patron de Volkswagen, au cours de l’assemblée générale des actionnaires organisée à Hambourg. Nous espérons et nous sommes fermement convaincus que nos partenaires chinois vont la saisir, a-t-il ajouté.