Lors de la dernière rencontre de l’équipe de France face à la Croatie au Stade de France, Orange a officialisé le renouvellement de son partenariat avec la Fédération française de football (FFF) jusqu’en 2026.

Partenaire des équipes de France masculine et féminine depuis 2018, l’opérateur de télécommunications Orange renouvelle son partenariat avec la Fédération française de football pour quatre années supplémentaires.

Au-delà du simple sponsoring, l’opérateur, via un module d’éducation au numérique créé en 2019 en partenariat avec la FFF et l’ONG Play International et intégré au programme éducatif fédéral, veut sensibiliser les jeunes joueurs sur leurs droits et devoirs dans le monde réel et virtuel. Avec l’objectif de faire comprendre l’importance d’adopter un comportement numérique responsable et de développer des repères pour une meilleure utilisation d’Internet (lutte notamment contre le cyberharcèlement). « Cela illustre notre ambition d’être un opérateur engagé et responsable, en menant des actions de prévention sur les usages du numérique auprès des jeunes », explique Fabienne Dulac, CEO d’Orange France.

Noël le Graët, président de la FFF, a tenu lui « à souligner les actions de fond que ce partenariat nous permet aussi d’engager au niveau du football amateur, ses deux millions de licenciés et ses 14.000 clubs amateurs, partout en France. » D’ici la fin de l’année, 250 clubs amateurs auront bénéficié d’un soutien direct sous forme de dotations et de matériel.

Orange, dont le contrat est estimé aux alentours de 5 M€ par an, est l’un des six partenaires majeurs de la FFF, avec le Crédit Agricole, EDF, Nike, Volkswagen et depuis peu Uber Eats.


L’équipe de France gagne à l’audimat

Il existe un motif de satisfaction à la semaine internationale de l’équipe de France : elle reste championne à l’audimat.

Pour son dernier match de la saison perdue à domicile face la Croatie (0-1), l’équipe de France a même réalisé sa meilleure audience de l’année, lundi soir sur TF1 avec 6,4 millions de téléspectateurs (avec un pic à 7,1 millions), pour 45% de part d’audience (PdA) sur les hommes de 25-49 ans ou encore 37% de PdA sur les 25-49 ans.

Pour TF1, la programmation des Bleus a été une bonne affaire. Vendredi 10 juin, avec Autriche-France (1-1), la chaîne avait attiré 5,88 millions de téléspectateurs pour 29,6 % de PdA.

TF1 et M6 en profitent

Pour l’autre diffuseur, M6, l’équipe de France a également « fait le job ». Le lundi 6 juin, Croatie-France (1-1) était largement leader à l’audience avec 5,55 millions de téléspectateurs, soit 25,4 % du public, dont 27,3 % des femmes responsables des achats de moins de cinquante ans.

France-Danemark (1-2) était dans les mêmes eaux, le vendredi 3 juin. Le premier match des Bleus dans cette Ligue des nations avait placé M6 en tête avec 5,6 millions de téléspectateurs, pour une PdA de 28,3 %.

A cinq mois de la Coupe du monde, l’intérêt des téléspectateurs semble déjà présent. Mais l’équipe de France gagnerait à inverser la tendance sportive pour être en mesure de défendre son titre.