Conséquence de ses pertes d’exploitation (plus de 500 millions d’euros en 2001), Opel cesse toute activité de sponsoring dans le football. Le Bayern Munich et le Paris SG sont les premiers clubs concernés.

On avait fini par s’y habituer. Depuis des années et des années, les maillots du Bayern Munich et du Paris Saint-Germain étaient floqués au nom du constructeur automobile Opel, filiale allemande du géant américain General Motors.

Partenaire de longue de longue date du football (qui ne souvient pas de l’épopée des Girondins de Bordeaux au milieu des années 80 en Coupe d’Europe avec des maillots Opel), on savait depuis août dernier que le constructeur ne reconduirait pas son contrat de parrainage avec le Bayern Munich au-delà de 2003 (Opel sponsorisait le Bayern depuis 13 ans). On sait maintenant que le champion d’Europe n’est pas le seul club concerné par cette mesure. Tous les autres contrats de parrainage dans le football ne seront pas renouvelés. Ainsi, le constructeur ne prorogera pas son contrat avec le club italien du Milan AC (qui court jusqu’en 2003), et avec le Paris SG (Opel parraine le club parisien depuis 1995), qui expire à la fin de cette saison.

Un coup dur pour ces poids lourds du football européen. Opel versait ainsi 15 millions d’euros par an au club bavarois et entre 6,1 et 6,86 millions d’euros au PSG.

Les dirigeants munichois ont déjà pris des contacts avec plusieurs entreprises pour remplacer Opel. La presse allemande évoque les noms de la Poste allemande, de BMW, de Siemens, de Coca-Cola mais aussi de l’assureur allemand Allianz, dont le siège est à Munich.
Les autres sports aussi

Opel pourrait aussi arrêter ses actions en faveur du club allemand de tennis de table du Borussia Duesseldorf, et de l’équipe de basket-ball Opel Skyliners.