Directeur du Mécénat, Sponsoring et des Relations extérieures de GDF SUEZ et Délégué Général de la Fondation GDF SUEZ, Philippe Peyrat dirige le département mécénat sponsoring de GDF SUEZ. A ce titre, il est l’un des partenaires de premier plan du sport français. Partenaire des Assises Sporsora de l’économie du sport, jeudi 28 mars, il nous donne sa vision de la compétitivité.

Dans le cadre de votre intervention à l’occasion des Assises, qu’évoque pour GDF SUEZ le terme de compétitivité ?
La compétitivité, c’est un horizon naturel pour l’entreprise, acteur majeur du secteur de l’énergie (219.300 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires de 97 milliards d’euros en 2012, ndlr). Nous évoluons depuis de longues années dans un secteur très concurrentiel. Avec la mondialisation, l’émergence de nouvelles puissances, de nouveaux marchés, c’est devenue aussi pour le monde du sport un paramètre essentiel.

L’Open GDF SUEZ entre-t-il dans ce champ de compétitivité ?
Nous organisons chaque année l’Open GDF SUEZ, un des 20 premiers tournois mondiaux de tennis féminin. Chaque année, c’est un challenge que d’attirer les meilleures, maintenir l’événement comme une date incontournable. La compétitivité : c’est aussi cela, aider des événements sportifs à rayonner internationalement. C’est aider les territoires dans cette démarche. Nous avons accompagné les grandes candidatures pour accueillir des événements sportifs.

Quid de la place des athlètes ?
Nous accompagnons l’excellence sportive et des sportifs de haut niveau (comme le champion de biathlon Martin Fourcade, le team GDF SUEZ dans le tennis féminin réuni autour d’Amélie Mauresmo ou encore le skipper Sébastien Rogues). Ils interviennent fréquemment lors de séminaires internes pour échanger avec nos collaborateurs sur ces notions et leur faire part de leur expérience et de leurs conseils. La compétitivité et la performance s’expriment aussi dans nos relations avec nos partenaires (fédérations, organisateurs d’événements, sportifs) puisqu’elles constituent des critères d’évaluation de bon nombre de nos contrats.

La question de la compétitivité concerne également les équipements sportifs…
Ancrés au cœur des territoires, sponsor multi-sports, nous sommes particulièrement sensibilisés à la problématique de compétitivité qui se pose pour les collectivités, les clubs et les fédérations et les accompagnons dans cet objectif. Aujourd’hui, la compétitivité ne concerne pas seulement le jeu et les événements sportifs. Le groupe peut aider les porteurs de projets sportifs à relever ce défi de compétitivité grâce aux nombreuses expertises qu’il possède pour la conception comme pour la gestion des équipements sportif. Des expertises qui permettent le bon fonctionnement, la viabilité et surtout la pérennité des équipements en limitant, bien évidemment, leurs impacts environnementaux. Notre filiale Tractebel enginering réalise ainsi au Brésil le stade Mineirao de Belo Horizonte qui accueillera la Coupe du Monde 2014. Mieux faire connaître le groupe et ses métiers par le sport est aussi un enjeu. Des thématiques qui représentent des leviers de compétitivité majeurs pour le sport français dans les années à venir, notamment dans la perspective de l’organisation de grands événements sportifs comme l’Euro 2016 et pour exporter le savoir faire français pour d’autres grandes rencontres internationales comme les JO 2016 ou les Coupes du monde 2018 et 2022.