Jamel Sandjak, le président de la Ligue Paris-Île-de-France, allié du président de Nancy Jacques Rousselot dans la course à la présidence de la Fédération française de football (FFF) le 18 mars prochain, a remis en cause le montant de 50,5 millions d’euros par an pour le renouvellement du contrat d’équipementier de Nike (sur la période 2018-2026). Je ne sais pas où il est allé chercher cela, lui répond Noël Le Graët, candidat à sa propre succession, dans L’Equipe. Le contrat Nike est de 38 millions d’euros minimum en cash par an, plus 7,5 millions d’euros de matériels (…), et enfin 5 millions d’euros pour le football amateur, soit un total de 50,5 millions d’euros, détaille le président de la FFF. Le matériel évoqué par Noël Le Graët est celui fourni pour les équipes de France et la Coupe de France à partir du 4e tour.

Je ne me permettrais pas de le dire si ce n’était pas vrai et Nike me contredirait, c’est le plus beau contrat du monde, a encore exposé Noël Le Graët. M. Sandjak n’aurait pas su faire cela, quand je vois les petits contrats qu’il signe dans sa Ligue. Il n’a pas de conseils à donner, n’oublie pas de tacler le breton, à la tête de la FFF depuis juin 2011 et a été réélu une première fois en 2012.