Franck Cammas a profité de la tenue la semaine dernière de l’étape des America’s Cup World Series à Toulon pour lancer un appel du pied aux entreprises françaises. Son équipe, Groupama Team France, aurait encore besoin de 4 millions d’euros pour être compétitif lors de l’America’s Cup de 2017 aux Bermudes.

Franck Cammas a une fois de plus exprimé sa frustration de ne pas voir plus d’entreprises françaises s’engager derrière son équipe. Le budget dont nous disposons ne nous permet pas de faire tout ce qu’on voudrait faire en termes de développement du bateau, a-t-il précisé, malgré le fait que Groupama ait lancé le projet il y a un an et demi avec beaucoup de moyens. On aurait espéré que d’autres entreprises rejoignent l’équipe. La Coupe de l’America, c’est une super vitrine pour le savoir-faire français, a-t-il conclu. Je suis déçu par le manque de patriotisme de certaines de nos entreprises, avait-il déjà lancé dans les colonnes du JDD. Avoir Airbus, par exemple, serait parfait pour nous financer et nous aider techniquement. Mais ils ont choisi d’être partenaire d’Oracle… On a approché Renault, notamment pour utiliser sa soufflerie de Formule 1. Réponse : on met tous nos moyens en F1.

Il nous manque 4 millions d’euros pour suivre le planning qu’on a prévu de suivre jusqu’à la prochaine Coupe de l’America, a encore indiqué Franck Cammas, sur un budget global de 30 millions d’euros, soit 10 millions par an (depuis le début du projet). Selon lui, Groupama Team France dispose du plus petit budget des six équipes engagées dans la quête du Graal de la voile : le defender américain Oracle Team USA, les Britanniques de Land Rover BAR, les Néo-Zélandais d’Emirates Team New Zealand, les Japonais de SoftBank Team Japan, les Suédois d’Artemis Racing. On ira jusqu’au bout mais on aimerait le faire avec le maximum de chances de performer car il y a beaucoup d’attente derrière notre team. Un budget plus important permettrait de faire plus de tests, sur le bateau, sur les systèmes, a expliqué Cammas, vainqueur notamment de la Route du Rhum et de la Volvo Ocean Race. Quand on a moins d’argent, on a interdiction de se tromper. C’est frustrant… On ne gagne pas une Coupe de l’America en claquant des doigts.