Malgré un résultat sportif plus que mitigé, l’investissement d’Areva dans la Coupe de l’America 2003 s’est avéré très rentable. Explication par les chiffres (compilation réalisée par CAPSPORT).

En l’espace de 12 mois, le taux de notoriété de la marque Areva est passé de 5 à 31%. Le groupe a été l’objet de virulentes attaques de la part de l’organisation écologiste Greenpeace et ne peut se targuer d’avoir misé sur le bon cheval : le Défi français a subi 18 défaites en 21 régates au cours de la compétition. Mais en terme de visibilité, cette opération de sponsoring fut excellente.

73,27 millions d’euros d’équivalent média

Les 15 millions d’euros investis ont généré 73,27 millions d’euros d’équivalent média en brut. La marque Areva a été la 3e marque sponsor de la Coupe de l’America la plus citée derrière Oracle et Prada. L’événe-ment a bénéficié de 83 heures de diffusion télévisée pour une audience cumulée de 720 millions de téléspectateurs. La France a représenté pour Areva 25% de la couverture TV. Malgré ses résultats décevants, les chaînes françaises ont privilégié les images du Défi tricolore. Au total, Areva a bénéficié de 47 heures de télévision, 9.476 articles de presse et 1.435 mentions à la radio.

Un vaste plan de communication interne

En communication externe, quelque 500.000 documents ont été distribués. Areva a reçu plus de 500 personnes dans le cadre d’opérations de relations publiques. Mais c’est surtout à l’interne que des trésors de communication ont été mis en place, afin de susciter des échanges entre les quelque 50.000 collaborateurs du groupe. Ainsi, de nombreux outils de comunication (revues, site web…) ont été créés pour informer les salariés des résultats du bateau. Près de 300.000 documents ont été distribués en interne. Pas moins de 185 sites du groupe ont été animés durant l’événement avec des expositions ou des jeux. 10.000 objets logotisés ont été distribués au cours de ces jeux destinés au personnel. 2.500 employés ont adhéré au Club des supporters du Défi Areva.

Le bilan est donc plus que positif pour la marque. Aussi, malgré un budget très largement insuffisant pour espérer remporter la Coupe de l’Ame-rica (Oracle, par exemple, dispose de 80 millions d’euros), Areva pourrait à nouveau tenter sa chance lors de la prochaine édition. A fortiori si Marseille est désignée pour accueillir l’épreuve…