FIDUCIAL est désormais le premier actionnaire privé du Stade Toulousain en prenant 10 % des parts de la société anonyme sportive professionnelle (SASP) du club, derrière les deux associations fondatrices historiques, l’Association du Stade Toulousain (51% du capital valorisé autour de 2,27 millions d’euros) et les Amis du Stade (25%), propriétaire du complexe et du stade Ernest-Wallon. Le reste se partage entre une myriade de petits porteurs dont Airbus et des banques.

Cette entrée au capital du Stade Toulousain est une petite révolution dans le mode de fonctionnement du club du Top 14. Sponsor maillot de la formation toulousaine depuis 2008, le groupe lyonnais est spécialisé dans les services aux entreprises (audit, expertise comptable, gestion d’actifs…). Présent dans 78 pays, il compte 17.200 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 1,213 milliard d’euros. Le groupe avait acquis à l’automne 2013 la station Sud Radio, par l’intermédiaire de sa filiale FIDUCIAL Médias.

En tant que premier actionnaire privé du Stade Toulousain, le groupe lyonnais fait une entrée en force dans la gouvernance de la SASP. FIDUCIAL a expliqué qu’il entendait consolider son partenariat avec le Stade Toulousain en assurant le développement à long terme du club et sa politique sportive ambitieuse.

Cette arrivée surprise pose bon nombre de questions. Encore plus une saison où les performances sportives ne sont pas au standard du plus gros budget de Top 14 avec 35 millions d’euros. Son modèle économique évolue. Le Stade a toujours existé grâce à ses résultats sportifs, note un sociétaire, ce n’est plus le cas aujourd’hui, ce n’est plus possible. L’augmentation de capital est le signe que le club a besoin de soutiens financiers plus importants. C’est un changement stratégique. Ces changements seront plus perceptibles encore à la fin d’année lorsque le conseil de surveillance du Stade qui compte 16 membres, doit être renouvelé. René Bouscatel, le président du Stade Toulousain, n’a fait aucun commentaire sur l’opération. En juin 2013, le Stade a présenté un résultat net d’exploitation déficitaire à -265.900 euros, alors qu’un an auparavant, le résultat net était positif à 54.000 euros.

Le merchandising souffre de la crise économique, ce qui a poussé le club à développer de nouvelles activités, dont la reprise en interne de la gestion des buvettes, qui a permis de multiplier les bénéfices par dix, ou encore la location d’espaces, qui va générer cette année 800.000 euros de chiffre d’affaires (contre 400.000 euros la saison dernière). Pour les recettes guichets, l’indisponibilité du Stadium, en travaux encore pour un an, a restreint les possibilités. Le Stade Toulousain, qui engrange 400.000 euros de bénéfice à chaque délocalisation, a déjà intégré dans son prochain budget un manque à gagner de 1,2 million d’euros. Quant aux droits télévisés (Top 14 et Coupe d’Europe confondus), ils ne représentent que 5 % du chiffre d’affaires du club, soit un peu moins de deux millions d’euros.
350 partenaires différents

FIDUCIAL, Peugeot, Airbus, Crédit Agricole figurent notamment parmi les partenaires emblématiques du Stade Toulousain. Au total, le club le plus titré du Top 14 agglomère 350 partenaires de tailles diverses. L’ensemble des partenariats représente 40% du budget du club, soit environ 14 millions d’euros.