Président de la Fédération française de rubgy (FFR), Bernard Laporte présente un dispositif exceptionnel d’aide aux clubs pour limiter l’impact de l’arrêt des compétitions.

Les clubs professionnels seront impactés par l’épidémie du coronavirus. Les clubs amateurs aussi. Et il faudra bien un jour imaginer une solution pour aider les milliers de clubs qui maillent la France à traverser cette mauvaise passe. La Fédération française de rugby (FFR) présente son plan d’action pour essayer de limiter l’impact de l’épidémie du coronavirus sur les clubs amateurs. Elle dévoile un train de mesures exceptionnelles pour aider les clubs privés de compétition et de recettes jusqu’à la fin de la saison. «Je souhaite qu’aucun club, aucune Ligue, aucun Comité départemental, ne soit laissé dans la difficulté […]. La Fédération vous apportera le soutien exceptionnel et massif que vous méritez.» Dimanche, Bernard Laporte a partagé sur Facebook la lettre adressée aux 1900 clubs de rugby. Ce plan, qui représente un effort budgétaire de 35 M€, comporte deux volets. Le premier est financier, le second réglementaire. «Très vite, l’idée est née de ne pas simplement subir la crise et de faire face mais aussi de prévoir un plan de relance», explique Serge Simon, le vice-président de la FFR qui gère le côté opérationnel. «Ce qu’il fallait anticiper aussi, c’est l’après car on finira par sortir de cette crise. Il faut que nos clubs repartent plus fort. La saison prochaine va être le moment le plus délicat. C’est là que l’effet de souffle de la crise va toucher nos 1.900 clubs, amateurs et professionnels. Leurs écosystèmes vont être impactés. Que cela soit au niveau de leurs recettes, de leurs partenariats ou de leurs subventions.»

Bernard Laporte a d’abord annoncé que la FFR s’engageait à maintenir la redistribution des ressources traditionnelles prévues au budget 2019-2020. Elle va aussi arrêter les opérations de collecte réalisées par les ligues sur les clubs au bénéfice de la FFR et tous les prélèvements opérés par les ligues à leur bénéfice. La Fédération compensera ce manque à gagner pour les ligues. L’ancien secrétaire d’Etat aux Sports affirme que la fédération compensera la perte des prélèvements par sa «très bonne santé financière». Le président de la FFR a également indiqué que cette aide serait prolongée jusqu’à la fin de la saison 2020-2021. Elle se traduira par «une année sans prélèvement sur les clubs pour faire respirer les clubs et leur permettre de se reconstruire sur la durée».

Du point de vue réglementaire, la FFR va lever un certain nombre de contraintes imposées aux clubs amateurs comme l’obligation d’avoir une école de rugby, de former les arbitres. «Ce sont des charges vertueuses mais cela reste des charges», explique Serge Simon.


Vers l’annulation de la tournée en Argentine
La FFR souhaite aussi intégrer le rugby professionnel à son plan d’action. Une éventuelle annulation de la tournée du XV de France en Argentine pourrait être annoncée. Le débord possible de la saison en juillet mais aussi la mise à disposition des internationaux à l’automne prochain, le report du match France-Irlande le 30 octobre obligent la FFR et la Ligue nationale (LNR) à revoir le calendrier.