Sponsoring.fr a interrogé Thierry Vincenty, nouveau directeur général d’IMG France.

Sponsoring.fr Un mot sur votre nomination à la tête d’IMG France. Comment réagissez-vous ?
Thierry Vincenty C’est un honneur pour moi que de prendre la suite de Régis (Brunet). Je veux assurer la continuité du bureau et poursuivre notre développement sur le marché français. J’ai eu la chance de travailler avec lui au cours de ces dix dernières années. Régis a été un grand leader, à nous de profiter de l’esprit qu’il nous a insufflé.

Que représente aujourd’hui IMG France ?
Pour la partie sport, c’est une petite structure composée de 25 personnes, mais nous bénéficions de la plupart des réponses et des expertises liées à notre affiliation à un grand groupe. IMG dispose de positions fortes. Nous avons la chance d’avoir des droits importants de dimension mondiale. Nous accompagnons par exemple la Société Générale sur la Coupe du monde de rugby 2015 en Angleterre. IMG travaille également sur tout le licensing de l’Euro 2016.

Que s’est-il passé depuis le rachat, finalisé en avril dernier, par William Morris Endeavor ?
Ce rachat nous apporte des moyens supplémentaires. Pour rassembler toutes nos compétences, nous sommes à la recherche de bureaux communs. C’est un signal fort. Nous avons l’intention de développer les activités d’IMG sur le marché français, notamment dans le domaine du management, le métier d’origine de William Morris Endeavor, tout en renforçant les synergies entre les différents métiers du groupe. Il y a une volonté forte de construire des passerelles entre le sport et l’entertainment que maîtrise WME. Dans les prochains mois, nous allons consolider les nouveaux produits que nous avons lancés comme la Color Run. De nouvelles villes vont nous rejoindre pour créer un véritable circuit. Nous continuons par ailleurs à développer des événements sur des territoires qui sont historiquement très forts chez IMG comme le golf et le tennis. Plus que jamais, IMG est la première agence mondiale avec plus de 3.000 employés dans une soixantaine de bureaux à l’international. On est les seuls à avoir une présence sur toutes les régions du globe, à la fois aux Etats-Unis, le marché le plus important au monde, en Europe, au Brésil, en Asie, avec des positions fortes en Chine et au Japon. IMG est la seule agence à travailler sur toute la chaîne de valeurs du sport business du management, de l’organisation d’événements, à la gestion de droits média, marketing, le conseil, le licensing. Personne n’a la profondeur d’IMG sur le marché.

Quels athlètes sont représentatifs d’IMG aujourd’hui ?
Si je prends l’univers du golf, qui fait partie de l’ADN d’IMG, nous accompagnons les meilleurs joueurs français comme Victor Dubuisson et Alexander Levy. Ils sont appelés à devenir les porte-drapeau du golf tricolore dans l’optique de la Ryder Cup 2018. Quant au tennis, Jo-Wilfried Tsonga, le numéro 1 français, nous a rejoint il y a peu. Novak Djokovic, le numéro 1 mondial, nous fait également confiance. C’est nous qui avons orienté Peugeot vers un partenariat avec lui.

Quel est votre rôle auprès de Victor Dubuisson ?
Nous avons la volonté d’attirer des partenaires autour de lui. Nous prenons en charge ses partenariats commerciaux, mais nous l’aidons aussi à construire son image, à affiner sa communication. C’est à nous de faire le travail afin de valoriser ses performances. Victor a acquis aujourd’hui une dimension qui permet de le présenter à de grandes marques internationales.

Autre dossier chez IMG : l’Arena 92. Où en est la recherche d’un partenaire titre pour l’enceinte du Racing-Métro 92 ?
On espère l’annoncer d’ici à la fin de l’année. Nous sommes en négociation avancée avec quatre acteurs importants. L’Arena 92 est un projet fondateur pour une entreprise. On parle d’un engagement sur la durée (entre 10 et 15 ans), nécessairement ce sont des discussions qui prennent du temps. C’est aussi une solution pionnière pour la France, du moins sur la dimension de l’accord avec une structure unique sur le territoire. Ce sera la plus grande salle de spectacle de France et l’une des plus grandes d’Europe. On se compare plus à l’O2 Arena à Londres qu’à un stade de football ou de rugby même si ce sera aussi le stade hôte du Racing-Métro.