La seconde édition de la Global Sports Week, organisée sous le thème global de « Reinvention in action » après une année de perturbations sans précédent pour le secteur, a été un succès. Bilan d’une édition inédite autour des speakers réunis aux quatre coins du monde, connecté en direct via le studio central au cœur de la Tour Eiffel à Paris.

Plus de 20.000 personnes de 153 pays ont visité la plateforme digitale immersive de l’événement proposant plus de 100 sessions virtuelles. Plus de 200 speakers (dont Yannick Bestaven, néo vainqueur du Vendée Globe ; Gerard Piqué ; Francesca Schiavone ; Romain Grosjean ; Tony Parker) ont pris part aux débats depuis les six futures villes hôtes des Jeux Olympiques, Paralympiques et des Jeux Olympiques de la Jeunesse – Paris, Tokyo, Pékin, Milan, Dakar et Los Angeles.

Les thèmes clés à l’agenda de la Global Sports Week, tels que l’activisme des athlètes ; la politique sport-santé ; l’émergence de nouveaux formats sportifs digitaux et de nouvelles sources de revenue en ligne ; le sport féminin ; la justice sociale ; ou encore l’urgence climatique, témoignent de la transformation radicale en cours dans l’univers sportif et ont suscité un vif intérêt.

GSWArena, la scène principale de l’événement, a intégré des séquences en direct depuis les hubs internationaux basés à l’Institut français de Tokyo, à l’Ambassade de France à Pékin et au Musée des civilisations noires à Dakar, ainsi que depuis les « hubs virtuels » à Milan et à Los Angeles. Chacun des directs internationaux a ouvert avec un message des maires Anne Hidalgo (Paris), Eric Garcetti (Los Angeles), Soham El Wardini (Dakar), et Giuseppe Sala (Milan), du maire adjoint de Pékin Zhang Jiandong et de la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike, qui ont présenté leur vision du rôle que jouent le sport et les Jeux dans l’avenir de leurs villes respectives.

« Le message clé de l’édition inaugurale de la Global Sports Week au Louvre en 2020 était celui du besoin d’un changement, rappelle Lucien Boyer, président et co-Fondateur de la Global Sports Week. Cette année nous avons été témoins de la révolution en œuvre dans le monde du sport qui reflète les liens fondamentaux entre le sport, le business et la société. Ce lien reste au cœur du concept de notre événement, qui lui-même s’est réinventé pour proposer un nouveau format créatif et ambitieux tourné vers l’avenir et vers un monde plus sain et plus respectueux de notre société. Le sport a toute sa place au centre de cet avenir et nous voyons clairement comment la pression positive de la part des jeunes générations aide tout l’écosystème à changer et à jouer un rôle plus important dans la solution des défis clés de notre société au niveau mondial. Nous sommes impatients d’accueillir de nouveau le monde entier à la Global Sports Week en 2022 afin de poursuivre cette transformation positive tous ensemble. »

Des annonces réservées à la Global Sports Week

La Global Sports Week 2021 a également été choisie comme plateforme pour un nombre d’annonces importantes.

Ainsi, l’UNESCO a annoncé le lancement de deux nouvelles publications orientées vers l’action sur l’éducation physique de qualité.

La Global Sports Week 2021 a également servi de décor au coup d’envoi donné par Paris 2024 et l’AFD au nouvel incubateur destiné à mettre le sport au service des objectifs de développement durable et la révélation des 26 athlètes-entrepreneurs qui seront accompagnés dans le cadre de cet incubateur commun en tant que porteurs de projets à fort impact social et environnemental, en France et dans dix pays d’Afrique.

Adidas, Partenaire Fondateur de la Global Sports Week, a lancé un projet pan-européen de cinq ans « Breaking Barriers for Girls » qui vise à soutenir le pilier stratégique Global Purpose de la marque. Adidas travaillera pendant les cinq ans à venir avec 15 ONGs à travers l’Europe menant des projets à impact par le sport, afin d’améliorer leurs capacités et leur expertise pour accompagner les femmes et les filles dans leurs communautés respective.

Tout comme en 2020, la voix de la nouvelle génération a été portée tout au long de la semaine par un groupe de 34 Young Sports Makers, des jeunes de moins de 25 ans représentant 16 nationalités, qui ont eu pour tâche de challenger les débats en interagissant directement avec les leaders et d’aider de repositionner les conversations en fonctions de leurs propres préoccupations.

Pour rappel, les sessions de la Global Sports Week 2021 restent disponibles en replay jusqu’à la fin du mois de février.