Devant l’Assemblée Nationale, Édouard Philippe a mis les points sur les «i». Le Premier ministre a dévoilé la stratégie de sortie du confinement décidé pour lutter contre le Covid-19. Il n’y aura pas de reprise du sport professionnel avant septembre prochain en France. Les saisons de Ligue 1 et du Top 14 ne reprendront pas. Roxana Maracineanu a raison : la reprise des compétitions est «un sujet majeur», mais le sport n’est pas «prioritaire».

Alors que les clubs, de football notamment, étaient dans la perspective de reprendre les entraînements pour terminer la saison, Édouard Philippe a choisi de ne pas prendre le risque d’autoriser les rassemblements de plusieurs milliers de personnes. Ni la Ligue 1, ni le Top 14 ne pourront donc aller au terme de leur saison. «La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment de football, ne pourra pas reprendre», a pris le soin de préciser le Premier ministre, soulignant que «les événements qui regroupent plus de 5.000 participants (…) ne pourront se tenir avant septembre». Si la cause est entendue pour les compétitions nationales, que va-t-il se passer pour le Paris SG et l’Olympique Lyonnais toujours engagés en Ligue des champions ? L’UEFA pense toujours achever ses compétitions cet été. Mais où ?

Tour de France ou pas ?

La stratégie du gouvernement, qui se veut progressive afin d’éviter «le risque d’une seconde vague (…) d’un reconfinement, qui est un risque sérieux» autorisera la reprise du sport à titre individuel, mais pas du sport collectif. «Il sera possible, les beaux jours aidant, de pratiquer une activité sportive individuelle en plein air, en dépassant évidemment la barrière actuelle du km et en respectant les règles de distanciation sociale, a dit le Premier ministre. Il ne sera possible, ni de pratiquer du sport dans des lieux couverts, ni des sports collectifs ou de contacts.» Par ailleurs, «les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront donc limités à 10 personnes». Si la décision s’applique au cyclisme professionnel, le nouveau calendrier du Tour de France, avec un départ le 29 août de Nice, ne tient plus. À l’évidence, les calendriers de reprise des compétitions à la fin de l’été pour lancer les nouvelles saisons ne sont plus d’actualité non plus.

La fin du déconfinement n’est même pas encore certaine. «Si les indicateurs (de santé) ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai», a prévenu Édouard Philippe. C’est le 7 mai que la décision définitive de déconfiner à partir du 11 sera prise.

Olivier Sadran : «le foot sort gagnant de ne pas poursuivre»
Le président du TFC Olivier Sadran a été l’un des premiers à réagir à la décision du gouvernement de mettre un terme à la saison 2019-2020. Dans les colonnes de L’Equipe, le dirigeant français a salué la décision prise par Edouard Philippe. « Il y avait un sujet majeur lié à la reprise : c’était le sujet économique. Or, malgré ce que certains racontent, on a trouvé un agrément de bonne qualité avec Canal et BeIN, avec la potentialité pour la Ligue de trouver des solutions de financement via un certain nombre d’organismes, à condition que ces financements soient uniquement dédiés à combler le manque à gagner de la saison 2019-2020 et à préserver l’écosystème du foot, » a-t-il d’abord réagi. « Ce qui poussait tout le monde à poursuivre, c’était le risque économique. De mon point de vue, il est stabilisé. Pour moi, le foot sort gagnant de ne pas poursuivre. Ce n’était d’ailleurs pas la volonté des supporters. Le pays est actuellement en souffrance sanitaire. Il va rentrer en souffrance économique. Il aurait été très mal perçu de se désolidariser de cela. Les politiques ont pris la bonne décision. » Quant à l’avenir du Toulouse FC en Ligue 1, Olivier Sadran ne semble pas trop s’en inquiéter, pour le moment. « Chaque jour suffit sa peine. Et il faut reconnaître qu’on n’a pas fait preuve de beaucoup de qualité durant la saison. Pour l’instant, ce n’est pas un sujet pour moi. »