Le vendredi 29 juin marque le coup d’envoi du Tour de France à la voile. Une épreuve reprise en main par Amaury Sport Organisation (ASO) à la fin de l’année 2011. Après le cyclisme (Tour de France, Paris-Roubaix, etc.), les sports mécaniques (le Dakar, Silk Way Rallye) le golf (Open de France notamment) ou les épreuves de masse (Marathon de Paris, Oxygen Challenge, etc.), ASO ajoute donc un nouvel univers à sa panoplie. Avec Baptiste Kern, nouveau directeur du TFV, nous faisons le point sur les changements déjà apportés et à venir pour l’épreuve.

Sponsoring.fr Dans quelles conditions la reprise du Tour de France à la voile s’est-elle effectuée pour Amaury Sport Organisation (ASO) ?
Baptiste Kern Les Editions Larivière nous ont contactés à la fin de l’année dernière. Ils ont exprimé le désir de vendre le Tour de France à la voile. Le timing était parfait puisque nous cherchions depuis un certain temps à nous implanter dans le milieu nautique. Amaury Sport Organisation est spécialisé dans les épreuves hors-stade et en itinérance. Il nous manquait un milieu comme le nautisme à notre catalogue.

Pourquoi n’aviez-vous pas encore d’épreuve de voile dans votre portefeuille ?
Nous ne l’avions jamais fait encore, faute d’avoir trouvé l’épreuve adéquate ou le bon modèle économique. Avec le Tour de France à la voile, on retrouve ce lien avec les collectivités locales que nous maîtrisons. L’épreuve propose également une dimension festive et populaire comme sur le Tour de France.

Quelle sera la plus-value d’ASO sur l’épreuve ?
Notre ambition est de créer une grande fête de la voile dans chaque port étape. Nous ne voulons pas seulement toucher les pratiquants, mais l’ensemble du public.

Avec quel plan d’action ?
Nous allons déployer plusieurs animations pour faire vivre les villages sur les ports. Notamment un écran géant afin de pouvoir suivre en direct la course qui est une combinaison de parcours techniques et de course au large. Nous installerons également un simulateur de voile et proposerons des ateliers en lien avec la mer à destination des enfants. A cela, il faut ajouter les activations des partenaires sur leurs stands respectifs.

Peu de partenaires vous ont rejoints…
Nous sommes fiers d’avoir décroché le soutien de Samsung en tant que partenaire principal. C’est une marque de très grande envergure qui débarque pour la première fois dans le monde nautique. Le Tour de France à la voile 2012 est une édition de transition. Nos équipes se sont concentrées sur le partenaire principal. Samsung sera visible sur le spi que nous fournissons aux concurrents. Mais d’autres marques se sont également engagées comme Europcar et Marinepool.

Quelle est votre ambition avec cette épreuve ?
Nous voulons que le Tour de France à la voile soit comme le Tour de France cycliste : un événement sportif exigeant sur mer et populaire sur terre. A terme, nous voulons internationaliser le plateau afin d’élever le niveau sportif et de proposer une médiatisation plus importante. Mais le principe de mélanger des professionnels de la voile et des amateurs éclairés sera conservé.

En revanche, vous avez revu plusieurs points du règlement.
Nous avons redéfini la lisibilité du classement sportif avec un nouveau décompte des points (désormais, l’équipe vainqueur sera celui qui a remporté le plus de points, ndlr). De nouveaux classements sont introduits avec des spis de couleurs spécifiques (bleu, vert, rouge et rose). Ils permettront à la course de disposer de son identité propre, et de mettre en avant les compétences spécifiques des différents équipages engagés.

Vous parliez de trouver le bon modèle économique. Quel est celui du Tour de France à la voile ?
C’est un modèle économique que nous maîtrisons, puisqu’il est porté à la fois par les partenaires privés, les collectivités locales et les concurrents à qui une participation de 10.000 euros est demandée. En échange, nous augmentons la valeur des services apportés.

Combien de temps vous donnez-vous pour rentabiliser votre investissement ?
Ce n’est pas dans les habitudes d’ASO d’investir un univers pour un one shot. Nous savons que l’épreuve aura besoin de trois à cinq ans pour s’inscrire dans le paysage médiatique et atteindre sa vitesse de croisière.

Avec le Tour de France cycliste, les dates sont communes. La Grande Boucle monopolisant l’attention, ne faudrait-il pas revoir le calendrier du Tour de France à la voile ?
On ne s’adresse pas forcément au même public à la base. Je ne pense pas non plus qu’une épreuve va cannibaliser l’autre. Pour des raisons marketing, il est également préférable de conserver cette tradition de la programmation en juillet. A cette période, il est encore possible de réaliser des opérations d’hospitalité.

Les tickets d’entrée
Partenaire Majeur 300 K€ à 500 K€
Partenaires Officiels 100 K€ à 200 K€
Supporters Officiels 50 à 100 K€
La galaxie ASO

Cyclisme
Tour du Qatar, Tour d’Oman, Paris-Nice, Critérium international, Paris-Roubaix, Flèche-Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, Tour de Picardie, Critérium du Dauphiné, Tour de France, Tour d’Espagne, Tour de Pékin et Paris-Tours.

Sports mécaniques
Dakar, Silk Way Rallye

Golf
PGA France, Open de France, Open de France féminin

Voile
Tour de France à la voile

Course à pied
Semi-marathon de Paris, Marathon de Paris, Semi-marathon de Barcelone, Marathon de Barcelone, 10 km de L’Equipe

Outdoor
Oxygen Challenge, Roc d’Azur

Epreuves de masse
Paris-Roubaix challenge, Liège-Bastogne-Liège cyclo, Etape du Tour