10 millions d’euros pour les droits, 10 millions pour la production. La facture est salée pour le service public.

L’athlétisme n’intéresse pas TF1. Alors la Une n’a pas hésité : comme pour les JO 2000, elle a abandonné son droit à la retransmission de l’événement. En effet, les Droits TV des Mondiaux d’athlétisme 2003 (Paris) et 2005 (Helsinki) ont été cédés par l’IAAF à l’ UER, l’Union européenne de radiotélévision, dans laquelle sont associées les chaînes non cryptées. En se retirant, TF1 laisse donc à France Télévisions la quote-part de la France pour ces droits, soit 10 millions d’euros.

Des frais de production non partagés

Mais plus fort encore : dans le cadre des accords entre les membres de l’UER, les diffuseurs adhérents doivent produire les images des compétitions se déroulant sur leur sol. Le service public devra donc investir 10 millions supplémentaires pour produire les images destinées au monde entier. Le président de France Télévisions, Marc Tessier, admet que les Championnats du Monde 2003 d’Athlétisme vont lui coûter une petite fortune : Cette compétition nous a obligé à faire des arbitrages dans notre budget sport et à étaler la facture sur quatre exercices.

Ironie du sort, Eurosport, filiale de TF1, bénéficiera de ces images. Le réseau couvre 54 pays et ne peut être considéré comme un diffuseur français. Il ne participera donc aucunement aux frais de production. Pour autant, il adhère à l’UER et a payé sa part des droits…