Selon son créateur, Frédéric Plais, KiteSquad.com est le site de la génération Kite… le premier site dédié à la communauté des amateurs de kitesurf. Présentation.

– Comment-vous est venue l’idée de créer KiteSquad.com et de quoi s’agit-il ?
– Adepte du kitesurf, je trouvais que le web ne proposait pas tant d’informations que cela sur la discipline. Ce sport étant en pleine phase d’explosion sur toutes les surfaces de glisse de la planète, j’ai eu l’idée de créer le premier site dédié à la communauté des amateurs de kitesurf. Occupant le poste de directeur marketing au sein de AF83, filiale du groupe faberNovel, basée à Paris et à San Francisco, dont l’objet est de développer des applications web et mobiles inspirées de la culture web 2.0 (Ndlr : caractérisées par le rôle donné à la communauté des utilisateurs, le souci d’un design efficace, des méthodes de développement agile et une forte implication dans la communauté Open Source), la création du site n’était pas un problème. KiteSquad.com s’articule autour de 3 axes. D’abord, nous incitons les kiters à y rassembler toutes les vidéos existant sur la discipline. Dans ce sport, on progresse beaucoup en s’inspirant de ce que font les autres kiters. Le site permet d’uploader et de commenter les exploits de chacun, en photos ou en vidéos, d’ajouter des conseils techniques, astuces et bons plans. Deuxième axe du site : référencer les spots existants. De nombreuses pages locales présentent des sites de pratique, mais ils sont disséminés sur la toile. Les rassembler en un lieu unique me paraissait être une bonne idée. D’autant que chaque internaute a la possibilité de créer et de gérer sa propre base de spots, d’y apporter des commentaires essentiels à la sécurité des kiters. Par exemple, la présence sur un spot d’un rocher à fleur d’eau. Nous disposons à ce jour d’une base de 600 spots référencés et d’un point météo tous les 2 jours. Enfin, le site permet aux kiters de communiquer entre eux et de se tenir informés de l’actualité kite en temps réel.

– Le site, qui a ouvert il y a quelques jours, est gratuit. Comment comptez-vous assurer la pérennité du site ?
– Le site est effectivement gratuit. Pour moi, c’était essentiel. Nous avons d’ores et déjà enregistré 500 inscriptions de kiters en 15 jours d’existence. C’est un chiffre raisonnable qui prouve l’intérêt des pratiquants pour le site. Nous espérons bien qu’il en sera de même pour d’éventuels partenaires et annonceurs s’intéressant à la discipline. Pour l’heure, nous avons lancé une opération exceptionnelle avec Tahiti Homme et le team F.One. Il s’agit d’un concours de vidéos. Le principe est simple. Les kiters postent des images de leurs exploits. Les 3 meilleurs kiters, sélectionnés par un jury, rejoindront le Team pro Tahiti Homme F.One pendant une semaine sur l’un des plus beaux spots caribéens de kite pour le shooting de la nouvelle campagne cinéma de la marque.

– Le kitesurf effrayait les communes il n’y a pas si longtemps encore… qu’en est-il aujourd’hui ?
– Cela va beaucoup mieux pour la simple et bonne raison que la discipline est bien mieux encadrée que par le passé. Le kitesurf est un sport qui demeure dangereux et qui nécessite un apprentissage sérieux. Je déconseille fortement à un novice de se lancer seul en kitesurf. Les collectivités ont pris conscience de l’importance de réserver des zones bien limitées pour le kite. Les interdictions de pratique sont aujourd’hui beaucoup plus rares. Après, c’est à chacun d’avoir une attitude responsable. Quand je vois des kiters sortir des emplacements maritimes réservés, je vais leur parler… le site KiteSquad.com aura un vrai rôle à jouer sur le plan sécuritaire. La Fédération française de vol libre (FFVL), qui gère la discipline (*), fait déjà un travail exemplaire. Mais je pense qu’elle ne peut pas tout faire toute seule !

* La FFVL enregistre aujourd’hui quelque 9 000 licenciés de kitesurf en France.