Comment échapper à la folie d’août ? Difficile, à moins de ne pas avoir de téléviseur, de ne pas écouter la radio et de zapper les journaux. France Télévisions et Canal + ont présenté, à quelques heures d’intervalles, leur dispositif pour les Jeux olympiques de Pékin. Les chiffres sont impressionnants avec plus de 1.200 heures consacrées aux JO 2008 en quelques semaines seulement.

Pendant que la flamme olympique battait le pavé parisien au milieu d’un capharnaüm aussi dispendieux (la réquisition des forces de l’ordre aurait coûté 400.000 euros) que grotesque, France Télévisions et Canal + avaient choisi ce jour du lundi 7 avril pour présenter leur dispositif de diffusion des Jeux olympiques de Pékin, du 8 au 24 août prochain. Les moyens déployés sont impressionnants.

400 heures de direct, 400 personnes mobilisés, tel est le dispositif mis en place par France Télévision afin de couvrir les Jeux de Pékin. Les téléspectateurs ne manqueront rien grâce à notre expertise, s’est enthousiasmé Daniel Bilalian, Directeur des Sports de France Télévisions. Compte-tenu du décalage horaire (6 heures de plus en Chine), le service public prendra l’antenne très très tôt le matin : dès 3h30 ! Outre un studio à Paris, France Télévisions crée à Pékin une mini-chaîne de télévision. Les équipes sur place disposent d’un espace de 750 m2 situé dans le centre technique, IBC (International Broadcasting Center), qui comprend entre autres : dix salles de montage, une régie, les différentes rédactions de France Télévisions, un service de maintenance, un studio et sa structure de décors. 65 m2 de studios ont également été préemptés au troisième étage de la tour Ling Long afin de pouvoir assurer des directs dans ce décor. Par ailleurs plusieurs sites (athlétisme, cyclisme sur piste, escrime et natation) seront équipés de moyens d’habillage France Télévisions pour recueillir en direct la réaction des sportifs. Le stade et la piscine olympiques seront, eux, équipés d’une plateforme qui servira de plateau pour recevoir les invités. Une caméra isolée permettra de suivre plus particulièrement les nageurs et les athlètes français. Le service public disposera également d’un emplacement au Club Français. Au total 400 personnes seront mobilisées en France et en Chine pour assurer les 400 heures de direct sur France 2, France 3 et France 4. Le dispositif mobilise 250 personnes sur place : 18 consultants, 30 journalistes et 3 équipes de reportage et les équipes d’informations.

Pour ce grand raout du sport, France Télévisions a convoqué l’ensemble de ses consultants. De Daniel Constantini (handball) à Stéphane Diagana (athlétisme). Laurent Jalabert sera également du voyage à Pékin, tout comme Guy Carlier et Fabien Galthié. Trois parfaits néophytes olympiques. Le service public a frappé fort en enrôlant également la championne olympique de judo à Atlanta Marie-Claire Restoux, ex-conseillère de Jacques Chirac à l’Elysée pour le sport, et le double champion olympique d’Escrime, Jean-François Lamour, ex-ministre des Sports.

Ayant également choisi ce jour symbolique pour présenter son dispositif, Canal + entend placer ses abonnés au coeur de l’événement, selon l’expression d’Alexandre Bompard, le patron des sports de la chaîne cryptée. Ici aussi, une triplette a été désignée pour animer la journée. David Douillet, et Guy Forget, qui passe au privé après des années de collaboration avec le service public, seront quelques-uns des consultants de Canal qui a aussi ses novices. Le footballeur Bixente Lizarazu sera du voyage, tout comme Jackson Richardson, médaille de bronze à Barcelone en 1992 et Jean Galfione, médaille d’or à la perche en 1996. A 19h10, Hervé Mathoux a été chargé de faire le bilan de la journée. Au total, le groupe privé, pour diffuser les mêmes épreuves que le service public, prévoit 800 heures de direct sur Canal +, Canal + Sport et Sport+, grâce à la mobilisation de 300 personnes, dont 100 sur place. Pour Athènes, Canal + promettait du 36 heures du 24. A Pékin, le groupe prévoit 42 heures sur 24. Une sorte de feux d’artifices pour la chaîne qui couvrira ses derniers JO (TF1 et France Télévisions se partageront la diffusion des Jeux olympiques de Londres en 2012).

Ce déploiement de force aura un coût. Un montant que les deux chaînes ne veulent pas communiquer. Les droits de retransmission des Jeux olympiques de 2008 sont estimés à 71 millions de dollars pour les télévisions françaises (ils étaient de 65 millions d’euros pour Athènes). Une somme assurée pour les deux tiers par France Télévisions.
Les Jeux paralympiques

Du 6 au 17 septembre, les caméras de France Télévisions resteront à Pékin pour suivre les Jeux paralympiques : un résumé quotidien de sept minutes avant le 12/13 sur France 3 sera assuré, un autre sur France 4 et un résumé de la première semaine le dimanche 14 septembre sur France 3 ainsi qu’une couverture dans Télématin, Tout le sport et Stade 2 sera proposée.