Annonce surprise des groupes LVMH et Amaury. Le géant du luxe est en passe de racheter le quotidien populaire Le Parisien/Aujourd’hui en France. La famille Amaury veut se concentrer sur son pôle sport (L’Equipe, ASO).

Le groupe LVMH (30,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires) a fait une offre de rachat du Parisien/Aujourd’hui en France. LVMH, déjà propriétaire des Echos, aurait proposé 50 millions d’euros pour acquérir le quotidien du groupe Amaury (670 millions d’euros de chiffre d’affaires) ainsi que la filiale de distribution Proximy. Ce projet est soumis à la consultation des instances du groupe Amaury et devra recueillir l’approbation de l’Autorité de la concurrence, indique LVMH dans un communiqué. La direction du groupe Amaury a annoncé l’ouverture de négociations exclusives lors d’un comité d’entreprise extraordinaire.

D’après Le Figaro, si l’offre de LVMH est acceptée, les deux titres que sont les Echos et Le Parisien pèseraient pas moins de 335 millions d’euros et représenteraient 10 millions de visiteurs uniques sur le numérique. C’est d’ailleurs vers le quotidien économique qu’il se faut tourner pour comprendre ce rapprochement inattendu. Le paysage de la presse est en pleine concentration : le groupe Le Monde a acquis L’Obs, Patrick Drahi a engagé la construction d’un groupe avec Libération et L’Express. Les Echos étaient isolés dans cette course à la taille. Elle vise à réaliser des économies, en mutualisant des fonctions non éditoriales, et à donner plus de puissance aux régies publicitaires.

Sur le papier, des complémentarités apparaissent. Les Echos pourront bénéficier du réseau de portage du Parisien et de la pénétration d’Aujourd’hui en France – sa version nationale – en province. Le Parisien pourra profiter du savoir-faire du quotidien économique en matière d’abonnement. Surtout, leur régie commune, qui continuera à commercialiser L’Equipe, affichera une force de frappe importante, avec plus de 700 000 exemplaires quotidiens, 15 millions de visiteurs uniques numériques, deux magazines de fin de semaine, une chaîne de télévision (L’Equipe 21)…
Il est important d’accompagner le mouvement de concentration du secteur, souligne Francis Morel, PDG du groupe Les Echos . A l’heure du numérique, on ne peut pas être un petit acteur isolé. Il fallait bouger, même si nous avions retrouvé l’équilibre..

Le plus populaire des quotidiens parisiens a connu ces derniers temps quelques difficultés. En 2014, sa diffusion France payée a ainsi chuté de 8  %, à 229.638 exemplaires quotidiens (contre 290.785 en 2010), selon l’OJD. Celle d’ Aujourd’hui en France a également décroché de 8  %, à 148.220 exemplaires. Mais le titre, après plusieurs plans d’économies, devrait repasser dans le vert en 2015.

En cédant son quotidien d’information générale, le groupe Amaury se consacrera entièrement au sport, avec sa pépite Amaury Sport Organisation (ASO) et L’Equipe . Le groupe Amaury a fait le choix d’accélérer ses activités autour d’un métier : le sport, dont le marché est en pleine croissance, confirme aux Echos, Philippe Carli, à la tête du pôle médias d’Amaury depuis 2010. Notre chance, c’est qu’avec  L’Equipe et Amaury Sport Organisation, nous disposons de deux actifs uniques. ASO est devenu un acteur international, continue Philippe Carli. Le sport est de plus en plus pratiqué, pour ses valeurs et les bénéfices qu’il procure. Nous sommes présents dans cinq univers sportifs et avons des événements sportifs emblématiques, comme le Tour de France et le Dakar, mais aussi grand public, avec les Mud Day (les courses dans la boue) ou les marathons, ou cyclosportives. Nous souhaitons continuer le développement de ces activités en France et à l’international.

Cette cession va nous permettre de consacrer dorénavant nos investissements et notre management à la réalisation de cet objectif, ajoute le responsable ne cachant pas de possibles acquisitions à venir.