Les écuries de Formule 1 ont quitté l’Australie et sa législation antitabac. Elles vont retrouver des terres moins hostiles comme à Bahreïn. Pour la seconde manche du Championnat du monde de Formule 1, Scuderia Ferrari apparaît désormais avec son sponsor Mission Winnow (Philip Morris) dans la liste des engagés.

Sous enquête en Australie pour la possible publicité cigarettière, la marque appartenant à Philip Morris avait disparu du nom officiel mais aussi des monoplaces rouges, sur lesquelles elle avait été remplacée par un logo anniversaire des 90 ans de l’équipe italienne. A Bahreïn, où la marque ne pose aucun problème, le nom officiel de l’équipe sera donc « Scuderia Ferrari Mission Winnow », et il est certain que les logos feront leur retour sur les SF90. On se dirige donc vers un sponsoring à la carte, selon les pays où Mission Winnow sera sous enquête ou non, et il se pourrait que ce soit en Europe que la marque soit le plus traquée. Par ailleurs, il en sera certainement de même pour McLaren avec son sponsor A Better Tomorrow, appartenant au groupe cigarettier BAT. Le logo avait été remplacé par la marque 7-Eleven en Australie.

3
La France est le troisième marché du vapotage dans le monde après les Etats-Unis et le Royaume-Uni, avec 3,8 millions d’adeptes, selon Japan Tobacco International (JTI).

Pour comprendre les motivations de Philip Morris de demeurer en Formule 1 sans apparaître officiellement, il faut prendre en compte le tournant auquel est confronté l’industrie du tabac. Philip Morris oriente sa stratégie sur les alternatives à la cigarette traditionnelle. Le cigarettier a investi plus de 4,5 milliards de dollars sur dix ans dans le développement de ces technologies comme les cigarettes électroniques. Philip Morris a confié au média Vice le lancement d’un nouveau site à destination des consommateurs du Royaume-Uni pour aborder les techniques pour arrêter le tabac. Mais aussi influencer de manière positive le comportement du public autour des question pour l’environnement et pour la santé. Selon le Financial Times, le cigarettier aurait déboursé 5 millions de livres sterling pour soutenir l’initiative.

1,6
Les mesures prises depuis 2016 pour lutter contre le tabagisme ont eu un vrai impact sur la santé publique. Matignon, à l’occasion d’un Comité interministériel pour la santé, le confirme en annonçant 1,6 million de fumeurs quotidiens en moins en deux ans en France. Parmi ceux-ci, 600.000 personnes ont arrêté au premier semestre 2018, selon Santé publique France. Le mouvement s’accélère, après la baisse historique de 1 million de fumeurs déjà observée sur 2017.

Ne ménageant pas ses efforts, Philip Morris International a présenté au 58e congrès annuel de la Society of toxicology une étude qu’il a financée et selon laquelle l’e-cigarette représenterait moins de danger qu’une cigarette classique. L’entreprise américaine a expliqué à ses investisseurs le mois dernier s’attendre à ce que ces produits « à risque réduit », comme son produit phare IQOS, représentent à peu près 40 % de son chiffre d’affaires total en 2025.