L’avocat d’affaires français Thierry Granturco, installé en Belgique et candidat à la reprise du Grenoble Foot 38 (L2), a fixé mardi à mi-janvier la date limite pour l’aboutissement des négociations, confirmant son intention de prendre 70% du capital.

L’actuel actionnaire majoritaire, le groupe japonais Index, spécialisé dans les contenus pour téléphones mobiles, possède 34,87% du capital après une reprise partielle, le 12 février, en faveur de deux fonds d’investissement nippons qui possèdent chacun 32,37% des actions.

M. Granturco a confirmé cette répartition.

Je serai jeudi à Grenoble pour une réunion avec l’ensemble des interlocuteurs: Index, qui a un mandat en bonne et due forme pour négocier au nom des trois actionnaires majeurs, et les collectivités. Jeudi soir, j’y verrais plus clair, a-t-il dit à l’AFP.

Comme le délai est trop court pour réaliser un audit, je dois prendre un minimum de précautions concernant l’état financier du club. Toutes les données ne sont pas actées et tant que ce n’est pas certain, on ne peut faire ni cession, ni acquisition, a expliqué Thierry Granturco.

L’objectif est de booster le club au marché d’hiver des transferts. Si je ne peux utiliser mon investissement au mercato, je n’ai pas envie d’accompagner le club en National, a-t-il prévenu.

Le GF38 occupe actuellement la dernière place de la Ligue 2.

Si tout se passe bien jeudi, on peut envisager de conclure pour la fin de la première semaine de janvier voire la deuxième semaine. Il y a une certaine prise de risque. Index et les collectivités l’ont bien compris et je suis optimiste sur les délais, a conclu M. Granturco.