L’opérateur Orange va suspendre la commercialisation d’Orange Sport, sa chaîne de télévision payante consacrée au sport, entre le 24 et le 31 mars, dans l’attente d’une décision de justice. France Télécom reçoit le soutien de la Ligue de Football Professionnel (LFP). L’enjeu est considérable, explique Frédéric Thiriez, président de la LFP.

En application de la décision du tribunal de commerce du 23 février, Orange va suspendre la commercialisation d’Orange Sport entre le 24 et le 31 mars date à laquelle la cour d’appel rendra sa décision sur la suspension d’exécution provisoire du jugement du 23 février, indique Orange.

Le tribunal de commerce a en effet demandé fin février à Orange de mettre fin, d’ici le 24 mars, à l’exclusivité portant sur la retransmission de certains matches de football, à la suite d’une plainte des opérateurs Free et SFR. Pour avoir accès à l’offre sport d’Orange, qui comprend notamment un match du championnat de France de football en exclusivité le samedi soir, le téléspectateur doit être abonné à l’offre triple play de l’opérateur, qui comprend le téléphone fixe, l’internet haut débit (ADSL) et le bouquet basique télévisuel. Cette pratique permet à France Télécom d’acquérir une clientèle qu’elle détourne de ses concurrents, a estimé le tribunal de commerce. Selon Free et SFR, cette pratique est assimilable à une vente liée, interdite en France. En conséquence, le tribunal a fait injonction à la société France Télécom, sous astreinte de 50.000 euros par jour de retard, pendant trois mois, de cesser de subordonner l’abonnement à Orange Foot à la souscription d’un abonnement internet haut débit Orange.

Si le 31 mars la demande de suspension de cette astreinte était rejetée, Orange serait dans l’obligation de prolonger l’arrêt de la commercialisation d’Orange Sport jusqu’à la décision de la cour d’appel sur le fond, précise le communiqué. L’appel sera jugé sur le fond courant avril.

Dans ce contexte, Orange suspend également toute acquisition de droits sportifs jusqu’à la décision de la cour d’appel, précise encore l’opérateur. Pas de changement pour les abonnés à Orange Sport. La chaîne continue d’être disponible auprès de ceux qui ont souscrits un abonnement avant le 24 mars.

Comme l’avait réclamé Xavier Couture (voir La Lettre du Sport n°536), directeur des contenus d’Orange, la Ligue de Football Professionnel (LFP) apporte son soutien à l’opérateur. L’enjeu est considérable, explique Frédéric Thiriez, président de la LFP, dans un entretien accordé à L’Equipe. Aujourd’hui, sans le soutien d’Orange, le football français serait en faillite. Je rappelle que quand Canal Plus a retrouvé son monopole en rachetant TPS, il a clairement fait connaître sa décision de baisser de manière forte sa contribution financière au football, a-t-il ajouté.

Effectivement, lors du dernier appel d’offres, Canal Plus a réduit ses investissements de 23% dans la Ligue 1, à 465 millions d’euros par an. Orange a investi le marché à hauteur de 203 millions d’euros. Si Orange n’était pas arrivé, nous n’aurions pas des droits de 670 millions d’euros, mais ils seraient compris entre 380 et 400 millions (…) Sachant que les droits TV pèsent pour 58% dans le budget des clubs, le résultat net de l’ensemble de la Ligue 1 serait négatif à hauteur de 130 millions d’euros, les trois quarts des clubs seraient dans le rouge, la moitié seraient au bord du dépôt de bilan. Au passage, tous les meilleurs joueurs seraient partis à l’étranger, a poursuivi Frédéric Thiriez.

Sans attendre le nouveau round judiciaire, Orange a décidé de diffuser tous les samedi soir la rencontre Orange Sport (le grand match de la Ligue 1) dans 50 cafés répartis dans les vingt villes de la Ligue 1 pour les amateurs de football qui ne peuvent plus s’abonner à la chaîne.