C’est la question que tout le monde se pose depuis la conclusion de l’appel d’offres de la Ligue de football professionnel (LFP) sur les droits TV pour la période 2016-2020 : mais pourquoi donc beIN Sports n’a-t-elle pas surenchéri sur Canal+ ? Ce serait la faute à la stratégie de la LFP. L’Equipe rapporte les explications fournies par Nasser Al-Khelaïfi lors d’un séminaire de l’Union des clubs professionnels français (UCPF), le syndicat des clubs. Le président du Paris SG sait de quoi il parle. Il est aussi le patron de beIN Sports. Si la chaîne s’est contentée de suivre le mouvement, il faut incriminer le calendrier retenu par la LFP. Al-Khelaïfi a expliqué à ses pairs que la Ligue aurait eu 30% de plus si elle n’avait pas anticipé son appel d’offres sur les droits de Ligue 1 pour la période 2016-2020. 30% ? Est-ce à dire que beIN Sports en a gardé sous le pied ? Selon lui, la période était mal choisie, Trop proche de la consultation de l’UEFA sur les droits de la Ligue des champions et de l’Europa League.

Les 726,5 millions perçus à partir de 2016 pour la Ligue 1, 540 millions seront réglés par Canal+, tandis que beIN Sports déboursera 186,5 millions par saison. Rappelons que pour la période 2012-2016, les clubs de Ligue 1 ont obtenu 607 millions d’euros par an. Avec un mauvais calendrier, la LFP a donc obtenu une hausse de près de 20% des droits pour la prochaine période.