Des fans de l’Olympique de Marseille et du « Boss » disparu à 78 ans le réclament. Mais l’Orange Vélodrome de Marseille ne sera probablement pas rebaptisé du nom de Bernard Tapie.

Deux semaines après la mort de Bernard Tapie, un hommage a de nouveau été rendu au stade Vélodrome, dimanche dernier, à l’occasion du match de Ligue 1 Marseille-Lorient (4-1). La première rencontre à domicile pour l’OM depuis le décès de son ancien président, le 3 octobre dernier. Depuis sa disparition, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer de rebaptiser le stade au nom de Bernard Tapie. Mais ce changement de nom paraît très compliqué, voire impossible à réaliser.

Rebaptiser le stade Vélodrome en totalité ou en partie « Bernard Tapie » est un pas quasi infranchissable pour la ville de Marseille. Elle est propriétaire du stade mais n’est plus décisionnaire depuis que l’enceinte est gérée par le consortium Arema (filiale de Bouygues), depuis 2010. Ce consortium a signé en 2016 un contrat avec Orange, pour rebaptiser l’enceinte « Orange Vélodrome ». Ce partenariat public-privé avec le consortium Arema, qui court jusqu’en 2045, garantit 12 M€ de recettes annuelles à la ville, dont une partie provient du naming. Orange verse environ 2,5 M€ par an pour avoir le droit d’accoler son nom au stade Vélodrome, et ce pour encore cinq ans.

« La mairie de Marseille ne peut pas dire ‘demain matin, ça va s’appeler le Bernard Tapie Vélodrome’. On ne peut pas casser un contrat, on n’a pas ce pouvoir », rappelle d’ailleurs Sébastien Jibrayel, adjoint aux sports de la ville de Marseille. L’élu n’écarte pas l’hypothèse qu’il y ait un lieu Bernard-Tapie dans Marseille. « Bien entendu, ce sera en concertation avec la famille. Bernard Tapie a marqué notre ville de son passage, et la ville veut le lui rendre », ajoute l’adjoint.

Au Vélodrome, le virage sud est la seule tribune du stade qui ne porte pas de nom.