Il est rare qu’un partenaire commente les résultats sportifs. Le sponsor principal des Girondins de Bordeaux met pourtant en cause l’entraîneur Paulo Sousa dont le bilan comptable déçoit.

Marc Vanhole, le patron des restaurants Bistro Régent et sponsor maillot principal des Girondins de Bordeaux jusqu’en 2023, estime que Paulo Sousa n’est pas l’homme de la situation pour le FCGB. Pour Marc Vanhove, le créateur des restaurants Bistro Régent, les dirigeants du club ont fait une erreur en lui offrant un contrat de quatre ans, comme il l’a confié lors de l’émission Top Girondins sur la station de radio ARL : « J’ai parlé au président et je lui ai dit que pour l’entraîneur, Paulo Sousa n’était pas le bon choix. Jusqu’à preuve du contraire, je crois que les résultats me donnent raison. Je demande donc uniquement à Sousa de me montrer que j’ai tort, sans vouloir aucun mal à cet homme. » Arrivé en mars 2019 sur le banc des Girondins de Bordeaux, Paulo Sousa présente un bilan comptable catastrophique en Ligue 1. Le pire dans l’histoire du club. Après une saison 2018-2019 peu enthousiasmante, l’entraîneur portugais ne laisse pas envisager de meilleurs lendemains en 2019-2020 avec un seul point empoché en deux journées, depuis la reprise du championnat. Pour Marc Vanhole, le technicien portugais a été un excellent joueur, avec deux Ligue des Champions à son actif, mais il doute fortement de ses qualités d’entraîneur : « Pour moi, on a pris de gros risques sur lui, en lui donnant un long contrat et un gros salaire. Maintenant, à lui de nous montrer qu’on a tort et de faire le contraire par rapport à ce que je pense. […] Il ne connait pas très bien le football français et il fallait quelqu’un qui connaisse bien mieux que ça la Ligue 1. »

Même s’il « tient à rappeler qu’il apprécie et respecte l’ensemble de ses partenaires », le club défend son entraîneur. Par l’intermédiaire d’un communiqué, le FCGB a rappelé « qu’il est important de comprendre que les décisions relatives relatives au club sont prises par lui seul » et qu’il est « difficile pour les personnes extérieures d’avoir une opinion objective sur les tenants et les aboutissants de ses choix ».