World Sport Group (WSG), filiale singapourienne de Lagardère Sports, prolonge pour plus de dix ans le contrat de gestion des droits de la Confédération asiatique de football.

Le contrat couvre toutes les compétitions de football se déroulant en Asie et au Moyen-Orient jusqu’en 2020. Il comprend les droits de retransmission télévisée, internet, mobile, le marketing et le sponsoring de l’Asian Cup 2015 et 2019 (l’équivalent de l’Euro en Europe), tous les matches de la Ligue des champions asiatique, ainsi que tous les matches qualificatifs des 46 équipes nationales pour les Coupes du monde 2014 et 2018, et l’équivalent pour les matchs qualificatifs aux JO 2016 et 2020.

D’après Mohammed bin-Hammam, président de l’AFC, l’accord doit générer un volume d’affaires de 1 milliard de dollars. Fin novembre, Olivier Guiguet, le patron de Lagardère Sports, estimait dans Le Point l’Asie pèsera la moitié du chiffre d’affaires de Lagardère Sports à partir de 2013 ou 2014. Rappelons que l’entité a généré 444 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2008 pour 75 millions de résultat opérationnel courant.

Depuis plusieurs mois, Lagardère Sports, via ses différentes filiales, multiplie les opérations à grande échelle. Via sa filiale suédoise IEC, l’agence a notamment remporté l’appel d’offres de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) sur les droits médias, pour les quatre prochaines années et pour les zones Europe et Afrique, des deux prochains Championnats du monde d’athlétisme de Daegu (Corée du Sud) en 2011 et de Moscou en 2013. Auparavant, c’était Sportfive qui décrochait les droits médias des jeux Olympiques de 2014 et 2016 sur 40 pays européens (hors la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Turquie, la Grande-Bretagne).