Gérard Bourgoin doit essuyer un nouveau revers à la Ligue nationale de football. Ecarté du dossier des droits radios, son projet d’une chaîne de télévision 100 % football estampillée LNF a été rejeté à l’unanimité par le conseil d’administration.

C’est un vieux dossier, dont tout le monde avait perdu la trace, que Gérard Bourgoin a essayé de déterrer. Celui de créer une chaîne de télévision 100 % football estampillée LNF.

On ne sait pas pourquoi mais le président de la Ligue Nationale de Football (LNF) s’était mis en tête de mettre sur pieds cette chaîne en l’installant sur le futur numérique terrestre (technologie qui permet de transporter six chaînes par voie numérique contre une actuellement en analogique). En quelques semaines, Gérard Bourgoin s’est décidé et a conduit l’affaire à sa manière. C’est-à-dire seul. Il faut dire que le temps ne jouait pas en sa faveur puisque le CSA demandait aux candidats à la Télévision Numérique Terrestre (TNT) de remettre leurs dossiers pour le 22 mars au plus tard. L’initiative n’a pas plu aux membres du conseil d’administration de la Ligue. Mercredi, au cours d’un CA extraordinaire, ils ont voté à l’unanimité contre ! Le président de la LNF n’était même pas présent pour défendre son idée (il se trouve entre Cuba et le Canada pour ses affaires pétrolières).

Selon les spécialistes, la TNT ne sera pas rentable avant 2010 ! Dans le quotidien L’Equipe, Gervais Martel, président du RC Lens, avouait qu’il aurait fallu mettre entre 53 et 61 millions d’euros sur la table en cinq ans. On se doute que la LNF a d’autres chats à fouetter en ce moment. D’autant plus que se profile à l’horizon une renégociation des contrats télés (ils arrivent à terme en 2004) qui s’annonce serrée. En attendant, la LNF aurait déboursé 150.000 euros en pure perte dans cette affaire. Son président s’était en effet adjoint les services d’une société spécialisée pour débroussailler le dossier.
Pendant ce temps, les droits radios

Patrick Proisy, président du RC Strasbourg et responsable du marketing à la LNF, a indiqué, dans une interview au Figaro, attendre 1,5 million d’euros des droits radios. L’ensemble des recettes pour la LNF issue des radios doit atteindre les 1,5 million d’euros. C’est un objectif qui nous semble raisonnable au regard des tarifs pratiqués dans les autres grands pays de football européen. En Angleterre, la BBC, qui possède quatre stations, verse 23 millions d’euros par an à la Ligue anglaise (…) En Italie, la RAI paye 5,7 millions d’euros par an pour retransmettre le Calcio.
Patrick Proisy estime que la rémunération forfaitaire pour les retransmissions en direct des multiplex devrait être comprise dans une fourchette de 100.000 à 200.000 euros par an pour les stations intéressées. La faculté pour une radio de devenir le partenaire privilégié du Championnat de France (…) avec l’accès à la pelouse et aux couloirs des stades et la possibilité d’interviewer les joueurs et les entraîneurs, comme cela se fait pour les télévisions actuellement, entraînera un prix plus élevé qui dépendra du nombre de radios qui auront souscrit au multiplex. En dehors de ces deux cas de figure (multiplex et radio partenaire), les journalistes ont gratuitement le droit de faire des interviews ou des commentaires avant le match, pendant la mi-temps et en fin de match.

Malgré l’appel au boycott de Marie-George Buffet, Ministre de la Jeunesse et des Sports, il semblerait que plusieurs radios aient déjà répondu à l’appel d’offres de la LNF. Même le GIE aurait fait une offre. La date limite des candidatures a été fixée au 2 avril.