Les cris et les insultes se sont tus dans les stades, mais la haine autour des rencontres continue de se déverser sur les réseaux sociaux. La Ligue de football professionnel (LFP) ouvre un dialogue avec Facebook France et Twitter France pour envisager des mesures rapides et concrètes.

Chaque match de football professionnel, chaque fait et geste des acteurs du jeu sont devenus l’occasion pour de nombreux haters de déverser leur haine sur les réseaux sociaux. Joueurs, entraîneurs, dirigeants, tous sont devenus la cible facile de personnes qui se réfugient le plus souvent derrière l’anonymat des réseaux sociaux pour les insulter en toute impunité.

« A l’heure où notre pays traverse une crise sociale et économique, au moment où le football souffre dans sa chair de ne pas pouvoir communier avec ses supporters, de nombreux acteurs du jeu et leurs proches sont régulièrement la cible de propos racistes et haineux sur les réseaux sociaux », constate la LFP. « La haine de l’autre, le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, le sexisme n’ont pas leur place sur un terrain de football, et nulle part ailleurs dans la société », poursuit la ligue.

« Le football constitue un lien social unique, souligne Vincent Labrune, Président de la Ligue de Football Professionnel. Nous devons mieux le protéger et contrer les discours de haine qui se multiplient sur les réseaux sociaux. Nous avons fait le choix de nous inscrire dans une démarche constructive et collaborative avec Facebook et Twitter. Je souhaite ainsi que nous puissions assainir, ensemble et en bonne intelligence, le climat haineux qui peut régner et toucher les acteurs du jeu et leurs proches. Trop, c’est trop, il est urgent d’agir ».

Dans ce contexte, la LFP a réuni en urgence cette semaine les dirigeants de Facebook France et Twitter France « pour envisager des premières mesures rapides et concrètes ». Facebook s’est d’ores et déjà engagé sur la mise en place de premières mesures.

Le réseau social et la LFP vont constituer un groupe de travail commun afin d’accélérer la mise en œuvre des mesures existantes pour lutter contre la haine en ligne et réfléchir à de nouvelles solutions concrètes afin d’améliorer ces dispositifs. Par ailleurs, les équipes de Facebook dédiées à l’accompagnement de la LFP et des clubs vont mettre en place un plan de formation afin de sensibiliser au plus vite les clubs et joueurs en particulier, aux outils disponibles sur ses plateformes pour lutter contre ces abus. En parallèle, Facebook et la LFP vont travailler conjointement avec des associations afin de promouvoir les comportements responsables en ligne.

« Nous ne voulons pas de discours de haine ou de racisme sur nos plateformes, assure Laurent Solly, Vice-Président Facebook pour l’Europe du sud. Nous avons des règles claires contre ces abus et nous améliorons constamment notre technologie pour les détecter proactivement le plus rapidement possible. Entre octobre et décembre dernier, nous avons pris des mesures contre des millions de contenus au discours haineux, dont plus de 95 % ont été supprimés avant même d’être signalés. Nous développons de nouveaux outils de sécurité pour empêcher les commentaires offensants ou pour bloquer les personnes qui enfreindraient nos règles. Nous disposons également d’équipes spécialisées pour lutter contre la publication de tout contenu inapproprié. Il y a encore beaucoup à faire. C’est pourquoi, nous renouvelons notre engagement à travailler aux côtés de la LFP, des joueurs, des clubs et du football français pour que collectivement nous continuions à lutter plus efficacement encore contre la haine en ligne ».

« La mission de Twitter est de servir la conversation publique et de s’assurer que la plateforme est un endroit où il est possible de s’exprimer en toute sécurité,
ajoute Damien Viel, Directeur Général Twitter France. Le harcèlement et les conduites haineuses sont des défis sociétaux de taille et il n’y a pas de place pour de tels comportements sur Twitter. Nous sommes résolument engagés à garantir la sécurité de la conversation autour du football sur Twitter pour les fans, les joueurs et tous les acteurs concernés. Nous saluons cette opportunité de développer notre partenariat de longue date avec la LFP et de continuer à travailler étroitement avec nos partenaires clés du monde du football pour combattre ces comportements abjects, en ligne comme hors ligne. »