Il n’y a pas qu’au sommet de l’Etat que la gestion autour de la pandémie cafouille. Tandis que la Ligue de football professionnel (LFP) annonce officiellement le redémarrage de la Ligue 1 pour le 17 juin, l’UNFP (le syndicat des joueurs) exprime les doutes des joueurs. Il qualifie de “précipitée et dangereuse” la reprise.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, Sylvain Kastendeuch, le co-président du syndicat des joueurs français (UNFP), qualifie de “précipitée et dangereuse” une éventuelle reprise de la Ligue 1. “L’urgence économique ne doit pas prendre le pas sur l’impératif de santé publique. Renonçons à une reprise du championnat dans ces conditions (…) qui serait précipitée et dangereuse”, a-t-il déclaré. “Acceptons l’idée d’une forme de destruction créatrice, engendrée par cette crise”, a-t-il écrit dans le quotidien. “Pour permettre à nos talents de continuer à briller, il me semble plus raisonnable, plus juste et plus vertueux de faire, aujourd’hui, le choix de la raison, pour que demain nous puissions à nouveau faire celui du cœur”, a-t-il encore ajouté. La prise de parole de l’UNFP oblige la LFP à réagir. Elle rappelle ainsi que le Bureau du Conseil d’Administration “a voté à l’unanimité le 10 avril dernier un projet concernant” une reprise de la Ligue 1 et de la Ligue 2. “Une des hypothèses prévoit notamment la fin des championnats 2019/2020 (hors barrages) le 25 juillet et une reprise les 22 et 23 août 2020 de la saison 2020/2021. Cette même hypothèse prévoit un redémarrage de la saison 2019/2020 le 17 juin 2020”, est-il précisé.

Elle affirme être dans l’attente “des modalités de déconfinement que le gouvernement annoncera à la fin du mois d’avril”, et “en particulier les conditions dans lesquelles les matches pourraient se jouer à huis clos“. Même chose concernant les recommandations de l’UEFA, présentées “lors de son comité exécutif du 23 avril, ainsi que du calendrier des matchs de Ligue des Champions”. “Enfin et surtout, la LFP a demandé à la commission médicale de la FFF et au représentant des médecins au Conseil d’Administration de la LFP d’élaborer un protocole sanitaire et médical de reprise des entraînements à l’instar de ce qu’ont annoncé la semaine dernière les principaux championnats européens (Bundesliga, Serie A, Liga)”, conclut-elle, précisant que la santé des acteurs est “la priorité des priorités”.

Si le football doit renouer le fil de sa saison, sans doute à huis clos, quatre championnats seraient concernés : la L1 et la L2 gérés par la LFP, ainsi que la National et la première division féminine, que chapeaute la Fédération française de football (FFF).

Pas de restrictions pour le retour des joueurs étrangers
Les footballeurs ayant passé la période de confinement à l’étranger, à l’instar des joueurs sud-américains, pourront revenir en France “sans problèmes” ni mise en quarantaine “à ce stade”, en cas de reprise de l’entraînement, indique le ministère de l’Intérieur. Tant qu’ils sont résidents dans l’Hexagone et titulaires d’un titre de séjour ou d’un visa long séjour, “il n’y a aucun problème pour revenir sur le territoire, quelle que soit la nationalité et la provenance”, a indiqué le ministère. La question se posait depuis que, la semaine dernière, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé que les frontières de la France avec les pays non-européens resteraient “fermées jusqu’à nouvel ordre”. A leur retour de l’étranger, il n’y a pas de quarantaine obligatoire “à ce stade”, selon le ministère de l’Intérieur, alors que les modalités du déconfinement sont toujours à l’étude.