Que ce soit en Autriche ou en Suisse, les deux pays organisateurs, le Championnat d’Europe des Nations de football n’aura pas contribué à doper l’activité économique. Au grand dam des commerçants locaux.

Avec 3,2 millions de nuitées en juin dernier, durant l’Euro 2008, organisé du 7 au 29 juin, l’hôtellerie suisse a enregistré une baisse de 86.000 nuitées (-2,6%) par rapport au même mois de 2007, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS). Un comble alors que l’organisation d’événement sportif est censée attirer plus de touristes. Mais les grandes manifestations ont fréquemment un effet repoussif. Ce qui s’est encore vérifié. Durant l’Euro, les Suisses ont beaucoup moins dormi à l’hôtel (-5%). Même la fréquentation étrangère a été en baisse de 1,1% malgré l’affluence des visiteurs en provenance des pays participant à l’Euro. Les Néerlandais ont ainsi utilisés 42.000 nuitées de plus qu’en juin 2007, les Roumains 21.000, les Italiens 15.000, les Français 10.000 et les Tchèques 6.000.

Constat similaire en Autriche. D’après les premières données disponibles, les entreprises autrichiennes ont peu profité de l’Euro 2008. A l’exception des brasseurs, la hausse du chiffre d’affaires a été souvent compensée par un accroissement des dépenses en marketing, indique le quotidien économique Wirtschaftsblatt. Le secteur hôtelier a lui aussi enregistré un recul de l’activité par rapport au mois de juin 2007.

Selon les organisateurs, les supporteurs ont passé en moyenne 3,6 jours en Autriche et 3,4 en Suisse et y ont dépensé respectivement 1.326 et 983 euros.

Gain d’image essentiellement

L’Euro n’a eu aucun impact sur le résultat, indique un responsable de l’aéroport de Vienne, qui a pourtant connu un record de fréquentation grâce à la compétition. De même l’opérateur de paris sportifs en ligne Bwin a vu son bénéfice rester constant au 1er semestre 2008 malgré une forte hausse de son chiffre d’affaires.

Malgré les résultats moroses, le directeur général de Telekom Austria, sponsor et fournisseur officiel, reste satisfait de l’investissement : les coûts dépassent les recettes, mais le gain d’image est énorme, insiste Boris Nemsic.

Finalement, la bonne affaire a été pour l’UEFA. L’Euro 2008, a généré un bénéfice net record de 250 millions d’euros (223 millions en 2004 au Portugal) pour 1,3 milliard de chiffre d’affaires, a annoncé l’Union européenne de football. Ce chiffre d’affaires provient de quatre sources principales : les droits médias (60%), les droits commerciaux (21%), les programmes d’hospitalité (12%) et la billetterie (7%). Le poids lourd des postes de dépenses a été l’organisation du tournoi (600 millions d’euros).

Aux 250 millions d’euros de bénéfice net, il faut ajouter 450 autres millions provenant des recettes qui seront versés directement aux 53 fédérations nationales membres de l’UEFA et consacrés au programme Hat Trick, afin d’assister financièrement leurs projets de formation.

2008 1300 M€
2004 852 M€
2000 230 M€
1996 147 M€
1992 41 M€