La Ligue de football professionnel (LFP) acte la fin de la saison 2019-2020 des Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2. La LFP retient la méthode employée par la FFF pour ses championnats. A savoir un indice de performance prenant en compte le nombre de points marqués sur tous les matchs joués. Le Paris SG est champion de France pour la neuvième fois. Le football français espère reprendre la prochaine saison “au plus tard” les 22 et 23 août.

Lors d’une conférence de presse téléphonique tenue ce jeudi, la Ligue de football professionnel (LFP) a entériné la fin des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 pour cette saison. “19-20 c’est terminé”, a acté Didier Quillot, Directeur général de la LFP, après avoir exposé les décisions prises et regretté, avec Nathalie Boy de la Tour, présidente de la LFP, la “cacophonie ambiante” des derniers jours. Mardi, le Premier ministre Edouard Philippe pensait avoir été clair en annonçant que “La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment de football, ne pourra pas reprendre”. Pourtant, plusieurs présidents de club ont nié l’évidence et entretenu la confusion en laissant croire qu’une solution alternative pouvait exister. Regrettant, le manque d’“empathie” du football professionnel dans la crise due au coronavirus, la ministre des Sports Roxana Maracineanu, est également intervenue jeudi matin sur RTL pour une explication de texte à l’attention du foot pro. “Le signal que le premier ministre a lancé était clair, simple, a indiqué Roxana Maracineanu. On attend des instances sportives qu’elles prennent leurs responsabilités comme nous le faisons.” “Il faut prendre une décision”, a insisté Roxana Maracineanu avant une réunion du bureau de la LFP. Cette fois, le message est mieux passé.

Jeudi matin, lors du Bureau, et l’après-midi, avec le Conseil d’Administration, la Ligue s’est exécutée. Les championnats professionnels ne reprendront pas cette saison. “Nous avons mis fin aux concours de créativité qui agitaient les journaux depuis deux jours”, estime Didier Quillot à propos du critère du classement établi par un indice de performance prenant en compte le nombre de points marqués sur tous les matchs joués. Pour départager les égalités sur cet indice de performance, les confrontations particulières ont été retenues. “C’est la même règle que celle adoptée par la Fédération française de football”, a appuyé Didier Quillot. Il n’y aura que deux montées et deux descentes entre la L1 et la L2. Les barrages sont abandonnés. Pour l’articulation L2/National, il faudra encore attendre l’Assemblée générale de la LFP le 25 mai pour décider des modalités. En conséquence, Amiens et Toulouse sont relégués en L2, alors que Lorient, champion de L2, et Lens sont promus. Pour les places européennes, il reste encore des incertitudes. Les finales de la Coupe de la Ligue et de la Coupe de France pourront-elles se tenir ? La LFP table sur des finales début août si les conditions sanitaires le permettent. Dans ce cas, les places en C3 seront attribuées aux vainqueurs. La dernière chance pour l’Olympique Lyonnais, finaliste de la Coupe de Ligue face au Paris SG, de décrocher un billet européen après avoir terminé le championnat à la 7e place. “Les places en Ligue Europa seront attribuées aux vainqueurs s’il ne s’agit pas de Paris”, a précisé le directeur général de la LFP. Le PSG, l’OM et le Stade Rennais, une première pour le club breton (mais qui devra passer par un tour préliminaire), sont qualifiés pour la Ligue des champions. Au pied du podium, Lille disputera la Ligue Europa.

La date du début de la saison 2020-2021 a été fixé au 22 août. “C’est vraiment un objectif au plus tard, insiste Didier Quillot. Ensuite, le calendrier serait trop contraint. Je rappelle qu’il y a un Euro début juin 2021 alors qu’il est nécessaire de disposer de dix bons mois pour établir un calendrier sans trop de rencontres en semaine avec des dates de replis disponibles lorsqu’il y a des accidents comme avec les gilets jaunes il y a deux ans ou si la pandémie revient. Nous avons besoin d’avoir un calendrier qui a de la respiration.”

CLASSEMENT LIGUE 1
1.PARIS SAINT-GERMAIN 2,52
2.OLYMPIQUE DE MARSEILLE 2,00
3.STADE RENNAIS F.C. 1,79
4.LOSC 1,75
5.O.G.C. NICE COTE D’AZUR 1,46
6.STADE DE REIMS 1,46
7.OLYMPIQUE LYONNAIS 1,43
8.MONTPELLIER HERAULT S.C. 1,43
9.A.S. MONACO 1,43
10.R.C. STRASBOURG ALSACE 1,41
11.ANGERS S.C.O. 1,39
12.F.C. GIRONDINS DE BORDEAUX 1,32
13.F.C. NANTES 1,32
14.STADE BRESTOIS 1,21
15.FOOTBALL CLUB DE METZ 1,21
16.DIJON FOOTBALL COTE-D’OR 1,07
17.A.S. SAINT- ETIENNE 1,07
18.NIMES OLYMPIQUE 0,96
19.AMIENS S.C. 0,82
20.TOULOUSE F.C. 0,46

CLASSEMENT LIGUE 2
1.F.C. LORIENT BRETAGNE SUD 54
2.RACING CLUB DE LENS 53
3.A.C. AJACCIO 52
4.TROYES AUBE CHAMPAGNE FOOTBALL 51
5.CLERMONT FOOT 50
6. LE HAVRE A.C. 44
7.VALENCIENNES F.C. 42
8.E.A. DE GUINGAMP 39
9.GRENOBLE FOOT 35
10.F.C. CHAMBLY OISE 35
11.A.J. AUXERRE 34
12.A.S. NANCY LORRAINE 34
13.S.M. CAEN 34
14.F.C. SOCHAUX MONTBELIARD 34
15.LA BERRICHONNE DE CHATEAUROUX 34
16.RODEZ AVEYRON FOOTBALL. 32
17.PARIS F.C. 28
18.CHAMOIS NIORTAIS F.C. 26
19.LE MANS FC 26
20.U. S. ORLEANS 19

Une gouvernance à revoir
Nathalie Boy de la Tour et Didier Quillot se sont exprimés tour à tour sur les décisions prises par la LFP. Les deux dirigeants ont aussi regretté l’image donné par le football professionnel au cours des derniers jours. “Nous avons pu trouver assez indécent la cacophonie ambiante lorsqu’on parle de 20.000 morts en France, a lancé dans son introduction la présidente de la LFP. Vous le savez, on est dans un milieu avec beaucoup de testostérone, beaucoup d’idées, de tensions sportives, de volonté de faire des choses et de contribuer au débat collectif. Il y a pu avoir des moments un peu tendus. J’espère que les choses vont dorénavant être plus claires.” Regrettant le mode de gouvernance actuelle, “c’est un enseignement qu’on en retire. On a besoin d’une gouvernance plus ramassée, des syndicats de clubs réunifiés, de simplifier nos statuts, c’est un travail que nous devons réaliser”, la présidente de la LFP regrette également que les dissensions entre les clubs ont étouffé médiatiquement les actions de solidarité du football professionnel en faveur des soignants. “Cette période a été déstabilisante pour tout le monde, a-t-elle poursuivi. Il y a une surface médiatique importante, nos petites dissensions sont devenues plus visibles au niveau des médias dans cette période. On le déplore d’autant plus que la mobilisation du foot pendant cette période, nos clubs, nos joueurs, nos entraîneurs, la ligue, les instances se sont mobilisés pour faire des dons, aider… On peut s’en prendre à nous.”