Le saviez-vous ? Les buts équipant les dix stades de football sud-africains de la Coupe du monde ont été livrés par une entreprise familiale française, Marty Sports, basée à Saint-Clément-de-la-Place, dans le Maine-et-Loire.

Déjà présents sur de nombreux stades français (Lyon, Le Mans, Nice, Nantes, Metz, Le Havre), les buts siglés Marty Sports ont été retenus après une première approche au lendemain de la finale de la Ligue des champions à Moscou en 2008 pour laquelle ils avaient déjà été choisis. Ce n’est pas tant la dimension financière (un peu moins de 60.000 euros), qui nous réjouit que l’apport en terme d’image et de notoriété. Pour notre entreprise, pour nos salariés, ça n’a pas de prix nous confie Stéphane Martinez, l’un des deux frères qui dirigent la société. C’est la qualité et la spécificité de nos produits qui ont fait la différence, précise-t-il. Les montants sont ovoïdes, comme la plupart de ceux qui équipent aujourd’hui les terrains et les buts en aluminium disposent de systèmes exclusifs comme des jonctions intérieures en PVC, et des joints en caoutchouc qui amortissent les chocs. La commande sud-africaine a porté sur la livraison de 30 paires de buts – deux par stade plus une paire supplémentaire pour les entrainements -, les filets, les lève-filets et les mâts arrières.

Une PME familiale

Créée en 1979 par le père de Stéphane et Laurent Martinez, Marty Sports (40 salariés) est devenu fabricant à part entière en 1981. La société réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros euros, avec une part à l’export qui a augmenté à 30% ces derniers mois, grâce à la présence sur des grands événements internationaux. La moitié du chiffre d’affaires porte sur les équipements d’athlétisme tels les cages de lancer de poids, la spécialité de l’entreprise, ou les poteaux de saut en hauteur et à la perche. La société, partenaire technique de la Fédération française de basket-ball, s’est également ouverte à l’équipement des gymnases avec la conception de miroirs de danse, séparations, affichage ou de tribunes.