La chaîne américaine ESPN annonce la suppression des X Games en Europe. Faute de rentabilité, la chaîne sportive supprime les rendez-vous de Tignes (Savoie), Barcelone (Espagne), Munich (Allemagne), Foz do Iguaçu (Brésil).

Nous sommes fiers d’avoir présenté des compétitions de haut niveau tant pour les athlètes que pour les spectateurs mais malheureusement l’aspect économique de ces événements n’est pas viable sur l’avenir. La compagnie est complètement engagée à promouvoir l’image de marque des X-Games et l’ensemble des compétitions à Aspen, Colorado et Austin, Texas (la toute dernière ville d’accueil) et nous allons continuer à diffuser ces événements en avant-première dans le monde entier. ESPN se montre clair pour expliquer sa décision de mettre fin à l’extension de son événement phare hors de ses frontières naturelles. Les X-Games européens ne rapportent pas assez d’argent aux organisateurs. Il n’y aura donc pas de X-Games à Tignes en 2014, malgré une bonne implantation de la compétition depuis plusieurs années. Pour l’industrie du freestyle, c’est un gros coup de massue, réagit Marie Martinod, médaillée d’or en ski superpipe dames à Tignes en 2013 sur Skichrono. Mon Team manager chez Wedze était estomaqué. Les partenaires ont pris un gros coup de bambou lorsqu’ils ont appris la nouvelle. Le plus frustrant dans l’histoire reste à mes yeux la suppression pure et dure de l’édition 2014. Car les Européens sont devenus friands des sports alternatifs grâce aux X-Games. De son côté Xavier Bertoni, spécialiste du hal-pipe, estime qu’ESPN avait vu trop grand. Cela n’a pas été favorable. Car il ne faut pas perdre à l’esprit que la rareté d’un événement contribue à son côté mythique.

Interrogé par France Info, Sébastien Merignargue, directeur de la station de Tignes a indiqué qu’il y aura un préjudice majeur pour cette annulation des X Games et qu’il y aura forcément des négociations avec ESPN car les retombées publicitaires étaient importantes pour la station. Ce n’est pas l’épreuve de Tignes seule qui était en cause, mais les autres événements hors Etats-Unis qui marchaient moins bien. Economiquement pour Tignes, c’est simple : l’événement était bénéficiaire pour tous les partenaires à savoir Tignes, Canal+ Events et ESPN, mais il semblerait que cela ne suffisait pas à couvrir les déficits des autres étapes en Europe et au Brésil, a ajouté Sébastien Merignargues, sur le site skipass.com. Dire qu’on l’a vu venir ce serait présomptueux, disons qu’on sentait que c’était pas l’euphorie. ESPN a commencé à parler d’un appel d’offre pour les éditions 2015 et 2016 au printemps puis quand on les a relancés en septembre, ils nous ont dit qu’ils n’étaient pas prêts mais on de là à imaginer que 2014 sauterait, non on ne s’en doutait pas… On sentait que ça n’allait pas parfaitement bien mais on n’était pas du tout à ce niveau d’inquiétude.