Les inconditionnels de la marque et les amateurs des sports mécaniques ont fêté l’annonce. Ferrari officialise son retour, à partir de 2023, en championnat du monde d’endurance et aux 24 Heures du Mans, cinquante ans après sa dernière participation officielle. L’épreuve française, pour son centenaire, présentera un plateau de choix avec Ferrari, Toyota, Porsche, Audi et Peugeot à la lutte pour la victoire.

Le championnat du monde d’endurance (WEC) et les 24 Heures du Mans verront s’ajouter un concurrent de choix à partir de 2023, avec le retour, au plus haut niveau de la discipline, de Ferrari qui réservait jusque-là ses engagements à la catégorie GT. Le constructeur italien s’engagera en Hypercar, tout comme Toyota et Glickenhaus dès cette année, puis Peugeot à partir de 2022. Porsche et Audi ont, quant à elles, fait le choix du LMDh en 2023, moins coûteux mais dont le niveau équivalent de performance sera garanti réglementairement. Le LMDh fait appel à un châssis client, seul l’assemblage et la motorisation seront l’apanage du constructeur inscrit. L’Hypercar offre au constructeur un degré d’implication plus important dans la conception de la voiture de course, châssis et moteur. Un choix logique pour Ferrari afin de valoriser, via la compétition, son savoir-faire en matière de modèles de sport pour la route.

« Après une période d’études et d’analyses, Ferrari a lancé, ces dernières semaines, le développement de la nouvelle voiture LMH (Hypercar), indique le communiqué. Le programme d’essais sur piste, le nom de la voiture et les pilotes qui composeront les équipages officiels feront partie des prochaines annonces. Cinquante ans après sa dernière participation officielle dans la catégorie reine du Championnat du monde des Voitures de sport en 1973, Ferrari prendra la piste dans la catégorie Hypercar du Championnat du monde d’Endurance de la FIA. »

Une partie du personnel de la F1 réorientée

Jusqu’en 1973 en effet, Enzo Ferrari a toujours entretenu un double programme officiel entre la F1 et l’endurance mondiale. Avant de se consacrer pleinement aux Grands Prix, à partir de 1974. Ferrari est ainsi l’une des marques au palmarès des plus relevés dans les courses d’endurance, notamment gagnante des 24 Heures du Mans à neuf reprises, de 1949 à 1965. Ferrari renoue donc avec cette tradition du double engagement en Formule 1 et au Mans.

« Pendant plus de 70 ans de courses sur les circuits du monde entier, nous avons mené nos voitures de sport à la victoire en explorant des solutions à la pointe de la technologie : des innovations qui naissent en piste et rendent extraordinaire chaque voiture de route produite à Maranello, souligne John Elkann, président de Ferrari. Avec le nouveau programme Le Mans Hypercar, Ferrari réaffirme son engagement sportif et sa détermination à être un protagoniste dans les compétitions majeures de sport automobile. »

La coïncidence avec l’instauration d’un plafond des dépenses en F1 n’est pas fortuite. Alors que le nouveau règlement de la F1 va limiter le nombre de personnes engagées sur le programme Grands Prix, il fallait trouver d’autres débouchés pour le personnel du constructeur italien.

En tout cas, l’endurance, après avoir vécu des saisons difficiles, connaît un regain d’intérêt de la part des constructeurs.


Les 24 heures du Mans 2021 décalées en août ?

Après le huis clos de 2020, les 24 heures du Mans prévues les 12 et 13 juin prochains, pourraient être reportées au 21 et 22 août afin d’optimiser les chances d’accueillir du public selon évolution de la crise du Covid-19.

Aux dates initiales, l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) craint de ne pouvoir accueillir que 5.000 personnes en juin conformément aux déclarations de Roselyne Bachelot concernant la teneur des festivals musicaux et culturels à venir. Assis qui plus est. Une jauge insuffisante sur le plan économique. Le point d’équilibre est estimé à 50.000 spectateurs pour l’ACO. À défaut ils pourraient renoncer. À moins que les pouvoirs publics ne viennent au secours d’une épreuve mythique du calendrier sportif français et mondial.

Si ce report se confirmait, cela entraînement une modification du calendrier international avec le report des 4 Heures du Castellet (ELMS) prévus le week-end du 28-29 août. Les 21 et 22 aoûts devaient à l’origine accueillir les 24 Heures à vélo (560 équipes engagées) sur le Circuit Bugatti qui, si l’information est confirmée devront trouver une autre date.