A partir d’octobre, il ne faudra plus dire « IAAF », mais « World Athletics » pour désigner la Fédération internationale d’athlétisme. Un rebranding plus moderne, mais aussi destiné à effacer, au moins pour partie, l’association entre l’IAAF et les affaires.

La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) lance son changement d’appellation en optant pour le terme «World Athletics». Il sera totalement effectif à partir d’octobre avec l’organisation des Championnats du monde à Doha (28 septembre-6 octobre). «Il s’agit de s’appuyer sur le programme de restructuration et de réforme de la gouvernance engagé ces quatre dernières années pour présenter un visage moderne, plus créatif et plus positif pour le sport», explique Sebastian Coe, le président de l’IAAF.

Fondé en 1912, l’IAAF était initialement l’abréviation de l’«International Amateur Athletics Federation» avant que le mot «amateur» soit remplacé en 2001 par «association of». La nouvelle appellation a pour but de rendre «le sport plus accessible à un public plus large tout en donnant à l’instance dirigeante mondiale la possibilité de communiquer plus clairement sa mission en tant que leader du sport le plus pratiqué au monde. Nous espérons que notre nouvelle marque contribuera à attirer une nouvelle génération de jeunes vers l’athlétisme», ajoute l’ancien grand ordonnateur des Jeux olympiques de Londres en 2012.

L’opération de rebranding est aussi une bonne occasion pour mettre de la distance avec une histoire passablement mouvementée depuis plusieurs années. En effet, l’instance est associé depuis quelques années aux scandales de corruption et de dopage. Le Parquet national financier français (PNF) vient ainsi de réclamer le renvoi devant le tribunal de l’ancien président Lamine Diack (1999-2015) pour «corruption active et passive» et «blanchiment en bande organisée» pour avoir été l’un des acteurs clés d’un système de corruption pour couvrir des cas de dopage en Russie. L’ancien patriarche de l’athlétisme mondial est aussi visé pour des faits présumés d’«abus de confiance», pour avoir permis, «du fait de ses fonctions», à son fils Papa Massata Diack «de s’approprier des recettes de l’IAAF provenant de sponsors».

EN BREF
• Puma signe l’étoile montante du saut à la perche Armand “Mondo” Duplantis
. A seulement 19 ans, Mondo, né aux Etats-Unis, a déjà remporté plusieurs médailles et a battu de nombreux records. En 2018, il a étonné le monde de l’athlétisme aux Championnats d’Europe en établissant un record U20 pour un saut de 6,05m et en remportant la médaille d’or. «Je ne veux pas avoir l’air d’un cliché, mais faire partie de la famille Puma est un rêve devenu réalité», a déclaré Mondo à propos de sa nouvelle relation avec la marque de sport. «C’est aussi une superbe opportunité, sachant qu’Usain Bolt est l’homme le plus rapide du monde, ajoute-t-il. Je ne dis pas que je suis Usain Bolt, mais suivre ses pas est un honneur pour moi.» Il fait le grand saut vers le porfessionnalisme en signant avec Puma, ce qui le prive de son éligibilité pour le championnat universitaire américain (NCAA) où il a accumulé titres et records en une seule saison sous les couleurs de l’Université de Lousiana State.