Raidlight, jeune entreprise spécialiste des produits et techniques et vêtements outdoor, pour le trail et la randonnée, s’est installée fin février à Saint-Pierre de Chartreuse, un petit village de montagne situé à 900 mètres d’altitude, afin de créer la première «station de trail» en France. A 1h15 de Lyon, à une demi-heure de Grenoble ou de Chambéry, l’entreprise a bâti avec le soutien de la commune de Saint-Pierre de Chartreuse et du parc naturel régional, un projet innovant et collectif : un site naturel pour courir dans de superbes paysages de moyenne montagne. Certains préféreront parler d’un havre pour trailers et randonneurs ou d’une base sportive pour se perfectionner. D’autres, d’un centre d’accueil pour tester son équipement… Quoi qu’il en soit, l’idée est très originale.

Raidlight est une jeune entreprise qui ne manque pas d’idées, à l’image de son fondateur. Petit retour en arrière… C’est à Saint-Genest-Malifaux dans le massif du Pilat (Loire) qu’est née Raidlight. Dès 1999, Benoît Laval, jeune ingénieur textile mais aussi coureur de fond puis trailer passionné, élabore ses premiers prototypes, avec le souci permanent de la légèreté. Il met à l’épreuve ses produits en les faisant tester par des coureurs durant les épreuves du week-end, puis sur les courses où lui même s’aligne: le Marathon des Sables, le Défi de l’Oisans, etc. En onze ans, Raidlight crée dans la Loire une vingtaine d’emplois, et multiplie vêtements, sacs à dos, porte-bidons, tentes, sacs de couchage pour le trail, la course à pied, et la randonnée légère. «On reste une anomalie dans le monde des marques outdoor qui sont plutôt des grosses marques, on le sait, indique Benoît Laval pour expliquer la particularité de Raidlight. Cela nous force à agir autrement, à être plus proche des clients pour concevoir, pour communiquer.»

Raidlight privilégie en effet la participation des sportifs dans la conception des produits. Exemple avec le Team Raidlight, qui rassemble quelque 3 000 coureurs, le meilleur des panels pour expérimenter les produits et porter les couleurs de la marque. «Nous basons notre croissance sur l’innovation et une forte différentiation des produits, qui se doivent de répondre à un besoin, d’être ergonomiques, et plus légers.» Les produits correspondent à des besoins et sont validés par ceux qui les utilisent. Preuve que ce choix fonctionne : le chiffre d’affaires de l’entreprise a progressé de 30% par an. La marque privilégie les produits éco-conçus : matières écologiques (bambou, polyester recyclé) ; développement de produits écologiques (bio-balisages, solutions alternatives aux gobelets plastiques jetable).

Une entreprise au service des trailers et des randonneurs

Avec 25 salariés dans 150 m2, l’entreprise, qui affiche une croissance à deux chiffres, est à l’étroit. Surtout depuis l’acquisition, en juin 2010, de Vertical, entreprise spécialisée dans les vêtements d’alpinisme, d’escalade, et de randonnée. D’où la nécessité de s’installer début 2011 dans un bâtiment moderne de 1 000 m2 à Saint-Pierre de Chartreuse, répondant aux normes écologiques : structure et bardage en bois, normes BBC, VMC double flux, équipements solaires, etc. L’entreprise regroupe ainsi son laboratoire de recherche et développement, ses bureaux administratifs, la zone logistique, un magasin d’usine, et un centre d’entraînement… grandeur «nature». Saint-Pierre de Chartreuse constituera en effet la première station de trail en France. Focus.

Pour les trailers, c’est une base sportive, un lieu de partage et d’échanges. Un site d’entraînement avec des parcours de randotrail de 10, 15, 20 et 30 kilomètres empruntant les chemins de randonnée alentour ; mais aussi des ateliers techniques, un «stade en herbe» où pratiquer des séries de fractionnés, un terrain balisé pour un travail de côte, un parcours vallonné pour faire du seuil, et un kilomètre vertical, tracé entre le bas du village et le sommet des pistes. Un espace d’accueil avec vestiaire, douches, sauna, et fauteuils de relaxation, des plans d’entraînements individualisés ou des formules de stages complètent le dispositif.

Pour les randonneurs, un «bureau montagne», baptisé Cartusiana, regroupant les accompagnateurs en montagne de Chartreuse, les aidera à organiser leur circuit et leur séjour. Le parc naturel de la Chartreuse met par ailleurs à la disposition des randonneurs son réseau d’hébergeurs, d’accompagnateurs et d’animateurs d’activités sportives ou culturelles pour un séjour (seul ou en famille, une journée, un week-end, une semaine ou plus).

Selon Raidlight, qui emploie actuellement 30 personnes et table sur un effectif de 40 d’ici trois ans, ce projet incarne et prolonge l’esprit qui anime l’entreprise depuis sa création: l’interaction avec les utilisateurs comme clef du développement, le retour d’expérience des coureurs comme levier immédiat d’amélioration et d’innovation. Car à Saint-Pierre de Chartreuse, les traileurs et les randonneurs joueront les consultants : ils pourront tester les produits ou les prototypes en cours d’évaluation, sur tapis roulant ou sur les parcours de trail et livrer leurs impressions aux concepteurs de la marque grâce à un système de bornes informatiques.

Un outil de développement de territoire

Le Parc naturel régional de Chartreuse et la commune, qui ont co-financé la création de la station de trail, considèrent que le projet de Raidlight est un outil de développement de territoire. «Nous savons que l’avenir de la neige est en question pour les stations comme les nôtres» explique Charlotte Dupont, responsable du développement sport nature au Parc régional. «Avec la raréfaction de l’or blanc, l’économie est en baisse au fil des ans. Il nous faut trouver un second souffle, nous diversifier, aller vers les sports de pleine nature (…)» La marque et les co-financeurs attendent entre 10 000 et 12 000 visiteurs par an sur le site.

Pour inaugurer comme il se doit cette initiative ingénieuse et fêter son arrivée dans la région, la marque, en partenariat avec l’association Smag, organisera un trail, «Les 3 jours de Chartreuse», durant le week-end de l’Ascension, les 2, 3 et 4 juin 2011. L’occasion d’inaugurer le concept de station de trail, avec trois formats de compétition : le jeudi, un parcours à étapes avec liaisons et sections chronométrées ; le vendredi, un kilomètre vertical ; le samedi, deux trails au choix (*). Parallèlement, la station de trail et le nouveau bâtiment de Raidlight à Saint-Pierre de Chartreuse seront inaugurés le jeudi. Le vendredi, seront proposées des conférences par des professionnels du sport, de la santé et de la diététique : Guillaume Millet, spécialiste de la physiologie de l’effort («S’entrainer en altitude est efficace mais…») , Julien Rebeyrol, préparateur physique («Comment peut-on savoir si l’on est bien hydraté?»), Anthony Berthou, nutritionniste («Impor-tance de l’alimentation et de l’état micro-nutritionnel sur les performances»), Loic Gouzergue, préparateur mental («Tout ce que vous avez voulu savoir sur la préparation mentale»). Le samedi 4 juin, clôture avec une soirée festive et musicale.

* Le Chartreuse Maratour (46 km et 3700 m D+), très montagnard qui arpentera les sommets les plus prestigieux de la Chartreuse : Le Bec Charvet, Chamechaude, Le Charmant Som puis le Grand Som. Ou bien le Trail des Deux Soms (26 km et 1700 m D+), plus accessible.