Une semaine après son grand frère cycliste, le Tour de France à la voile, porté également par ASO, est parti vendredi dernier de Dunkerque. Pour les besoins de son modèle économique, l’épreuve s’adresse à des entreprises plus petites ayant vocation à communiquer en interne ou auprès d’une clientèle captive. « Cela explique pourquoi nous avons choisi de maintenir le TFV en juillet, alors qu’on aurait pu le transférer en août, explique dans La Croix Étienne Amaury, le grand patron d’ASO. Beaucoup de sponsors invitent des clients sur la course. Ils ne pourraient pas le faire en août car ces mêmes clients seraient en vacances et donc moins disponibles. »