Le skipper nantais Armel Tripon s’apprête à participer à la mythique Transat Anglaise, entre Plymouth et New York. Rebaptisée The Transat Bakerly, cette transatlantique en solitaire qui a consacré tous les grands noms de la voile française, s’élance le 3 mai. Il manque un petit bout de budget pour jouer la gagne en Class 40…

La Transat Anglaise se caractérise par un parcours de 3.000 milles entre Plymouth et New York sur l’Atlantique Nord. Les marins devront régater contre les vents dominants, contre les trains de dépression qui circulent d’Ouest en Est sur l’Atlantique. Ce qui veut dire qu’il négocier des changements de rythme et d’allures nombreux.

Armel Tripon effectuera à cette occasion sa 17e traversés de l’Atlantique en course. Parmi la quinzaine de concurrents engagés en Class40 ((voilier de 12 m, ndlr), le skipper nantais veut jouer la gagne. Je pars avec des objectifs ambitieux, j’ai mon mot à dire, indique-t-il. C’est ma 17e traversée de l’Atlantique en course et je connais bien mon bateau.

Avec ce Mach 40, j’ai déjà remporté deux belles victoires en Atlantique : Les Sables-Horta et la Transat Newport-Cowes en équipage, rappelle-t-il. C’est forcément difficile de donner un objectif précis avant le départ… mais j’y vais pour la gagne. Le podium et plus si affinités !

Le skipper est à la recherche de deux sponsors (à 5.000 euros chacun) pour compléter son budget. J’ai trouvé 80% du budget, le bateau est en phase finale de préparation à La Trinité-sur-mer, indique encore Armel Tripon. Cette semaine nous posons la décoration sur la coque et les voiles. Mon partenaire principal est le chantier naval Black Pepper et ce sera le nom de mon bateau sur cette course… mais il reste encore de la place pour les partenaires de dernière minute qui veulent saisir cette opportunité ! On met une dernière main à la préparation technique et on part en convoyage, car nous devons être le 20 avril à Saint-Malo pour trois jours de rencontres entre le public, les partenaires et les skippers. Black Pepper est son partenaire principal aux côtés de l’Occitane en Provence, la société Zetes et SCA Ouest/E.Leclerc Nantes.

Ce serait vraiment dommage de rester à quai si proche du but, constate le coureur au large. Donc je cherche, j’explique mon projet, je prospecte… je mouille le maillot ! Il me semble que le ticket que je propose est très accessible, surtout au regard du coût habituel du sponsoring qui est d’ordinaire beaucoup plus élevé et au regard également de la grande notoriété de cette course mythique.
Pourquoi un convoyage vers Saint-Malo ?

Armel Tripon prend la direction de Saint-Malo pour trois jours de rencontres entre le public, les partenaires et les skippers, alors que la course s’élance de Plymouth en Angleterre. Un choix qui s’explique par le souhait de l’organisation de faire vivre l’événement de ce côté-ci de la Manche alors que la majorité des skippers sont Français. C’est d’ailleurs très intéressant car cela donne une visibilité supplémentaire à l’événement et aux partenaires, précise le skipper nantais. Ensuite, nous traversons la Manche le samedi 23 avril en configuration de course pour rallier Plymouth, où le grand départ de la Transat sera donné le 2 mai.