A l’heure où les investissements dans le sponsoring sportif sont remis en cause par une crise économique sans fin, Sodebo n’entend pas laisser sa place dans la voile. Engagée depuis 1998, l’entreprise vendéenne continue d’investir, l’année de ses 40 ans d’existence. Pour sa quinzième saison de présence, Sodebo lance un programme sur deux ans.

Après 15 ans d’engagement dans la voile, nous avons décidé de poursuivre et de développer cet axe de communication car nous en mesurons tous les jours les retombées positives. Patricia Brochard dit elle-même ne pas avoir le pied marin, mais la co-présidente de Sodebo se félicite tous les jours d’avoir choisi la voile comme support de communication. Une discipline qui sied à la stratégie de l’entreprise familiale qui aime comparer les deux univers. En voile comme dans l’entreprise, vous êtes contraints de vous réinventer en permanence, résume Patricia Brochard.

Se réinventer, cela veut dire investir de nouveaux territoires. Du 28 juin au 28 juillet, Thomas Coville et l’équipage Sodebo s’engagent pour la première fois sur le Tour de France à la Voile. L’arrivée d’Amaury Sport Organisation (ASO) a achevé de convaincre le partenaire que le TDFV offrait un nouveau champ d’expression que la marque pouvait convertir dans les rayons de la grande distribution.

Des retombées estimées à 81 millions d’euros

L’important, c’est le support et sa visibilité, explique la dirigeante. Le programme de chaque spécialité en voile est souvent insuffisamment étoffé pour bâtir un projet d’envergure. De même que l’entreprise a changé en 15 ans, la voile océanique a profondément évolué. Très vite, nous nous sommes rendus compte que nous devions nous émanciper, prendre des initiatives, rester attentifs et imaginatifs en associant encore plus étroitement la voile à notre activité. Sodebo estime à plus de 81 millions d’euros de retombées (hors Vendée Globe 2012-2013), l’équivalent de son investissement dans la voile depuis 1998. La PME vendéenne constate également un impact sur les consommateurs après chaque grand événement.

Sodebo Ultime en chantier

Après le Tour de France à la Voile, le programme de Thomas Coville prévoit une nouvelle tentative (la quatrième) de battre le record du tour du monde en solitaire en multicoque, sans escale et sans assistance à bord du maxi-trimaran (la barre est fixée à 57 jours 13 heures 34 minutes et 6 secondes depuis la performance de Francis Joyon en 2008). Record battu ou non, le bateau sera mis en vente à l’issue du tour du monde, Sodebo se laissant la possibilité de retenter le record à bord de Sodebo Ultime. L’embarcation est l’ancien Geronimo d’Olivier de Kersauson, racheté récemment. Un bateau de légende, plus large et plus puissant que le trimaran actuel, avec lequel Coville sera au départ de la prochaine Route du Rhum en 2014.

L’ex-Geronimo a besoin d’être reconfiguré et optimisé pour la navigation. C’est un chantier colossal. On décide ce qu’on va changer et ce qu’on va garder. Nous sommes en pleine période de décisions techniques sur la manière dont nous allons transformer Geronimo, qui deviendra bientôt Sodebo Ultime Ce travail se fait en collaboration avec le cabinet d’architecture VPLP, mais aussi Martin Fisher, HDS et Multiplast, explique le skipper. La mise à l’eau est prévue pour le printemps 2014. Une autre fenêtre de communication pour le sponsor qui a décidé de jouer sur trois supports différents (M34, maxi-trimaran et ultime ) pour optimiser ses investissements.