Près de six ans après son inauguration (le 8 septembre 2011), la Juventus Turin a trouvé le partenaire-titre qui faisait défaut à son stade. Ce n’est pas une marque inconnue qui a été convaincue. L’assureur Allianz, spécialiste des naming, s’engage jusqu’en 2023.

Le timing était-il le bon ? La Juventus Turin a voulu profiter de la médiatisation autour de la finale de la Ligue des champions, que le club turinois va perdre (1-4) face au Real Madrid, pour faire une annonce détonante. La Juve, où plutôt Lagardère Sports en charge du dossier, a enfin trouvé un partenaire-titre pour son stade. Un accord qualifié d’« imminent » depuis que la Juve a pris possession de son nouveau stade en septembre 2011. L’Olympique Lyonnais est donc parfaitement dans les temps pour son Parc OL…

Toujours est-il que l’événement sportif a largement pris le pas sur l’annonce et que la transformation du Juventus Stadium en Allianz Stadium est passée relativement inaperçue. Le contrat sera effectif à partir du 1er juillet et portera sur les six prochaines saisons (jusqu’en juin 2023). Pour Klaus-Peter Roehler, directeur général d’Allianz Italie, « ce partenariat est une confirmation de l’importance de l’Italie dans la stratégie du groupe. » L’assureur allemand complète ainsi sa collection unique d’équipements sportifs portant son nom. Si l’Allianz Arena à Munich est le plus connu des accords, la France a aussi le sien avec l’Allianz Riviera à Nice. Mais il faut également citer l’Allianz Stadium à Sydney, l’Allianz Park à Londres, l’Allianz Parque à Sao Paulo ou encore l’Allianz Stadion à Vienne.

Lors de l’officialisation du partenariat, aucun montant n’a filtré. Mais les éléments financiers que la Juve devra communiquer en tant que club coté dans les prochaines semaines permettront d’y voir plus clair. Selon la presse italienne, Allianz aurait accepté de débourser trois millions d’euros par saison pour acquérir le naming de l’enceinte turinoise. Un montant sans doute plus réaliste que les dix millions d’euros annuels évoqués ici ou là. Mais dans tous les cas, ce montant n’aura aucun impact sur les comptes de la Juventus ! En effet, le club turinois avait cédé dès 2008 les droits de naming à l’agence Sportfive Italia – devenue Lagardère Sports and Entertainment – pour 12 ans à partir de l’inauguration du stade de 41.000 places (2011, donc bien jusqu’en 2023) contre 75 millions d’euros. Un montant qui comprend également l’exploitation de certaines loges VIP du Juventus Stadium. Le club turinois était censé récupérer un bonus seulement dans le cas où Sportfive parvenait à signer un accord supérieur à 100 millions d’euros sur l’ensemble de la période. Ce qui n’est pas le cas ici.