Les restrictions sanitaires liées au Covid semblent loin. Et même très loin pour la NBA. Alors que les Golden State Warriors et les Boston Celtics se disputent le titre, IEG, cabinet de conseil en partenariats sportifs, estime que les revenus marketing de la ligue cette saison ont battu des records avec pas moins de 1,6 milliard de dollars ! Soit une hausse de 13% par rapport à 2020-21 (1,4 milliard) et 400 M$ de plus qu’en 2018-19, saison pré-COVID.

Cela n’étonnera personne, en tout cas pas grand monde, mais la NBA profite à plein de la « cryptomania ». Les sociétés liées au secteur des cryptomonnaies ont une large part dans la hausse des revenus de sponsoring de la ligue nord-américaine, selon les estimations du cabinet IEG. Le symbole le plus parlant se trouve à Los Angeles où le Staples Center a laissé la place depuis le 1er janvier dernier à la « Crypto.com Arena ». Un accord valorisé à 700 M$ sur 20 ans. Celui de la ligue elle-même avec la plateforme de trading Coinbase n’est pas mal non plus : 192 M$ sur quatre ans, selon CNBC. Le Miami Heat a conclu un accord avec une autre plateforme de trading de cryptomonnaies afin d’évoluer désormais à la « FTX Arena ». La même plateforme a signé un accord de partenariat international avec les Golden State Warriors pour 10 M$ par an. Les franchises multiplient des accords de ce type.

Une déferlante dont profite la NBA

Pour IEG, c’est une déferlante. « La frénésie d’accords de parrainage dans la catégorie des cryptomonnaies ne ressemble à rien de ce que nous avons vu auparavant, représentant un tiers de toutes les nouvelles offres de parrainage de la NBA », constate Peter Laatz, directeur général mondial d’IEG.

Les partenariats avec des entreprises liées aux cryptomonnaies sont désormais la deuxième catégorie de sponsoring la plus lucrative pour la NBA, derrière les revenus provenant de sociétés spécialisées dans la technologie. Selon IEG, les autres secteurs dont le montant des dépenses dépassent les 100 M$ par an sont les banques, les entreprises de télécommunications et les équipementiers de sport.

Parmi les quatre grandes ligues sportives aux États-Unis, la NBA se classe au troisième rang des revenus de parrainage. La NFL est N°1 avec près de 2 milliards de dollars de contrats, selon IEG. En mars, CNBC avait annoncé que la MLB avait engrangé 1,7 milliard de dollars en parrainages la saison dernière. Enfin, la NHL a obtenu 676 M$ en commandites pour la saison 2020-21.

L’augmentation des revenus marketing pourrait aider la NBA à atteindre les 10 milliards de dollars de revenus totaux cette saison. Selon le commissaire de la NBA, Adam Silver, les revenus de la saison 2020-21 avaient diminué d’environ 35% par rapport à l’année précédente avec une saison réduite à 72 matchs en raison de la pandémie. Les revenus de la saison 2019-2020, également touchée par la pandémie, se sont élevés à 8,3 milliards de dollars, contre 8,8 milliards de dollars en 2018-19.

Les revenus de sponsoring de la ligue devraient continuer de croître. L’accord récent conclu avec la société suisse Sportradar, pour ses droits sur les datas, d’une valeur estimée à 1 milliard de dollars, commencera lors de la saison 2023-2024.