A l’occasion de l’Université d’été du MEDEF, les responsables de la candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques de 2012 ont lancé un appel en direction des petites et moyennes entreprises.

Après avoir rallié onze – sur les douze attendues – grandes entreprises françaises (Accord, Bouygues, Carrefour, Crédit Agricole, EDF, France Télécom, Lagardère, RATP, Renault, Suez et VédiorBis), le comité de candidature attend désormais 2.000 PME-PMI qui acquitteront un ticket d’entrée de 1.196 euros (contre 1,5 million pour les douze qui siègent dans les organes de décision) pour adhérer au Club des Entreprises, présidé par Arnaud Lagardère. Pour convaincre l’auditoire, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a sous-entendu que les entreprises partenaires auraient une longueur d’avance au moment des appel d’offres si la ville était retenue par le Comité international olympique (CIO) pour organiser les Jeux.

Bertrand Delanoë, Arnaud Lagardère et le ministre des Sports Jean-François Lamour ont affirmé que la candidature promettait 6 milliards d’euros d’investissements entre 2005 et 2012, 5 milliards d’euros de retombées à partir de 2012 et 40.000 emplois créés. Nous veillons à ne pas bâtir les Jeux de la démesure et du gaspillage, a affirmé M. Delanoë. Le coût en matière d’investissements sera moindre que celui des Jeux d’Athènes, car Paris possède déjà beaucoup des infrastructures dont la capitale grecque manquait, a précisé M. Lamour.