Le Milan AC devra s’acquitter d’une amende de 100.000 euros pour avoir disputé son quart de finale retour de la Ligue des champions contre le Bayern Munich, avec des maillots floqués du nom de la société de paris sur internet Bwin.

La publicité pour des sociétés de paris privées étant interdite en Allemagne, la mairie de Munich avait demandé le 23 mars au tribunal administratif de la ville d’interdire à la formation lombarde de faire apparaître le nom de son parraineur.

Le tribunal a donné raison à la municipalité, mais les Italiens, vainqueurs du Bayern 2 à 0, ont ignoré cette décision de justice. Le club lombard estime que la décision de la justice administrative bavaroise enfreignait le droit européen. Le montant de l’amende n’avait de toute façon rien d’insurmontable pour les dirigeants du club italien. D’autant plus que le Milan AC est un récidiviste. En septembre, les Milanais avaient rencontré le LOSC, à Lens, avec le même maillot et son sponsor interdit également en France. Mais les autorités françaises n’avaient, curieusement, rien trouvé à redire…

La société autrichienne Betandwin, ou Bwin, est devenue ces dernières années l’un des parraineurs les importants du sport, amateur comme professionnel. En Allemagne, elle doit toutefois faire face aux loteries d’Etat, dont le monopole sur les jeux a été prolongé pour quatre ans en décembre dernier.
En perte sur le quatrième trimestre

Bwin, l’éphémère partenaire de l’AS Monaco, de l’As Saint-Etienne et du Mans, a annoncé une perte de 489,8 millions d’euros au quatrième trimestre alors que les revenus ont presque doublé à 93,1 millions d’euros. Un an plus tôt, l’opérateur de paris en ligne dégageait 5 millions d’euros de bénéfices. Ce grand écart s’explique par la provision de 515 millions d’euros inscrite dans les comptes de Bwin. L’opérateur autrichien a dévalué la valeur comptable d’un site de poker acheté l’an dernier et dont les utilisateurs sont Américains pour la plupart. Or, Bwin ne peut plus prendre de paris aux Etats-Unis depuis le vote d’une loi plus restrictive sur les paris en ligne.