Le constructeur automobile Nissan signe un contrat de partenariat mondial de quatre ans avec l’UEFA, l’instance supervisant le football européen, afin de sponsoriser la Ligue des champions, la compétition reine des clubs continentaux. L’allié de Renault prend la place de Ford.

Outre la Ligue des champions, l’accord couvre également la Supercoupe de l’UEFA, laquelle oppose le vainqueur de la C1 à celui de la Ligue Europa, la C3. Le partenariat entrera en vigueur à compter de la saison 2014-2015, et jusqu’au terme de la saison 2017-2018. De fait, Nissan prendra la place laissée vacante depuis peu par Ford, lequel n’a pas souhaité prolonger le contrat qui le liait à la Ligue des champions depuis la saison 1992-1993. Une décision prise par le constructeur américain devant les difficultés du marché automobile européen et sa volonté de se concentrer sur le lancement de nouveaux modèles.

Pour Nissan, cet accord, son plus important contrat de sponsoring jamais conclu, découle de sa stratégie de devenir le premier constructeur automobile asiatique en Europe d’ici 2016. Actuellement, Nissan occupe la seconde place avec 3,9% de part de marché, derrière Toyota (4,2%). Pour l’allié de Renault, l’Europe représente 10% de ses ventes sur un total monde de 6 millions de véhicules.

Nissan rejoint Heineken comme deuxième partenaire officiel de la C1 pour la période 2015-2018, aux côtés d’Adidas, fournisseur officiel. La première année du contrat correspond au retrait anticipé de Ford. A partir de la saison 2015-2016, le partenariat deviendra plus conséquent. Il ne sera plus seulement à l’échelle européenne, mais mondiale. La Ligue des champions offre une vitrine exceptionnelle dans la mesure où sa notoriété dépasse très largement le continent européen. La plus prestigieuse des compétitions de clubs est très suivie à l’étranger, et notamment en Asie. La moitié de la valeur médias de la Ligue des champions est en dehors de l’Europe.